Joris Laquittant


A propos de Joris Laquittant

Sorti diplômé du département Montage de la Fémis en 2017, Joris monte et réalise des films en parallèle de son activité de Rédacteur en Chef tyrannique sur Fais pas Genre (ou inversement). A noter aussi qu'il détient le record européen du plus jeune détenteur du diplôme d'éleveur de Mogwaï (il avait cinq ans et trois jours) et qu'il a été témoin du Rayon Bleu. Ses spécialités sont le cinéma de genre populaire des années 80/90 et tout spécialement la filmographie de Joe Dante, le cinéma de genre français et les films de monstres.


Kylo face à Rey (critique Star Wars IX L'ascension de Skylwalker)

Star Wars : L’Ascension de Skywalker

Conclusion très attendue d’une énième trilogie qui l’était tout autant, Star Wars Episode IX : L’Ascension de Skywalker (J.J Abrams, 2019) est un échec absolu. Fatalement, l’effondrement qualitatif et narratif de ce dernier épisode entraîne avec lui cette trilogie tout entière. Après avoir laissé passer suffisamment de temps pour que la frustration et la colère laissent place à la réflexion, mais aussi pour que vous ayez presque tous déjà vu le film on s’attaque au mythe, […]


Transformation en vampire dans le film Vampire vous avez dit vampire ? (critique)

Vampire, vous avez dit vampire ? 1

Le culte Vampire vous avez dit vampire ? (Tom Holland, 1985) s’offre une édition Blu-Ray prestigieuse proposée par Carlotta. L’occasion rêvée de (re)découvrir un film emblématique d’une certaine époque, ou l’horreur et la comédie se conjuguait à merveille. Petite querelle de voisinage Avant de marquer définitivement l’histoire du cinéma de genres américain avec Jeu d’enfant (1988) qui fit naître l’une des figures les plus emblématiques de l’horreur en la personne de la poupée tueuse Chucky, […]


Linda personnage principal de Next of Kin (critique du film de 1982)

Next of Kin

Le Chat qui Fume continue son exploration du cinéma de genres australien avec l’un de ses plus emblématiques représentant, le très efficace Next of Kin (Tony Williams, 1982) édité en Blu-Ray. Le Manoir de Maman Le cinéma australien en tant que tel reste assez jeune, puisque c’est seulement en 1981 qu’un texte de loi va permettre la constitution d’une véritable industrie cinématographique australienne perenne, grâce à à la mise en place de crédits d’impôts conséquents. […]


Potrait de Jean-Jacques Annaud (masterclass)

Jean-Jacques Annaud, l’aventurier 1

C’est dans le cadre du 39e Festival International du Film d’Amiens que Jean-Jacques Annaud a donné une passionnante masterclass. Généreux, gouailleur, précis, le cinéaste français se raconte et raconte ses films. L’occasion de se rappeler qu’ils se font rares, en France, les cinéastes capables de réaliser de tels projets, ambitieux, qualitatifs et populaires. Pas plus que les producteurs, mécènes fous, capables d’accompagner des œuvres aussi hors normes.  L’Apprenti « J’ai grandi dans une banlieue un […]


Yesterday

Le mal-aimé Danny Boyle s’aventure sur le terrain balisé de la comédie romantique (et fantastique), avec Yesterday (2019), mettant en scène une certaine vision de l’apocalypse : un monde sans Beatles. Love is all you need Même s’il serait peu convenable de nier que le bonhomme a parfois commis des torchons, le mépris quasi-général qui entoure Danny Boyle ainsi que l’opprobre portée à sa filmographie demeurent une injustice difficilement justifiable. Souvent accusé de faire un cinéma […]


Le tueur de Maniac est un mannequin creepy (critique du film de William Lustig)

Maniac (1980) 2

Le Chat qui fume tape une nouvelle fois en plein dans le culte en offrant à Maniac (William Lustig, 1980) une édition à la hauteur de son statut. Psycho Killer ! Mais qu’est-ce-que c’est  ? Si son nom évoque peu de choses aux cinéphiles non-initiés, c’est que William Lustig n’a pas connu une carrière aussi prolifique que d’autres cinéastes américains « de genres »  de son époque. Venu à la réalisation par le cinéma pornographique […]


Ewan McGregor à la place de Jack Nicholson dans un plan iconique de Doctor Sleep (critique)

Doctor Sleep

Vendue par les as du marketing comme une suite spirituelle de l’adaptation culte de Shining réalisée par Stanley Kubrick en 1980, le Doctor Sleep de Mike Flanagan avait de quoi être attendu. Mais… Rejet de greffe A l’heure où Hollywood s’ensable, à bout de souffle et d’idées, à cautionner remakes, reboots et suites jusqu’à plus de raison ; à l’heure où la franchisation prend le dessus sur la franchise, où le cynisme mercantile à pris […]


Le futur Joker dans les loges de son spectacle (critique)

Joker 2

Plusieurs semaines après la sortie en salles événement de Joker (Todd Phillips, 2019), précédée d’une attente peut-être un peu trop disproportionnée – comme toujours – on a assisté, ça et là, à de véritables joutes entre les conquis et les sceptiques. Chez Fais pas Genre ! dans ces cas-là, on laisse le temps faire son œuvre, calmer les ardeurs. On outrepasse l’opportunisme des clics faciles et de la course aux premiers arrivés. On observe, on écoute, […]


Le bolide Christine en feu (critique du film)

Christine

Carlotta offre à l’un des films les plus fascinant de John Carpenter, Christine (1983), l’occasion de rejoindre sa collection prestigieuse de coffrets « ultra-collector ». Soit, et de très loin, ce qui se fait de mieux en terme d’édition vidéo aujourd’hui. I’m addicted to you, Don’t you know that you’re toxic ? Au sortir de l’insuccès critique et public de The Thing (1982) – ce qui aujourd’hui apparaît comme une hérésie – difficile pour John Carpenter […]


Klaus Kinski et Maria Schneider dans le film Haine (critique)

Haine

Jusqu’alors inédit en DVD et Blu-Ray, Le Chat qui Fume offre une édition incontournable au film Haine (Dominique Goult, 1980) s’ajoutant à sa collection de films de genres français que l’éditeur propose de faire redécouvrir. Visages, Villages Réalisateur de films pornographiques dans les années 70’s, sous le pseudonyme de Richard Stephen, Dominique Goult est l’homme d’un seule production dite « traditionnelle ». Malgré qu’il soit un quasi-anonyme au moment de réaliser Haine en 1980, le […]


Paysage de crépuscule dans le film Cujo (critique)

Cujo

En marge de son coffret collector consacré à Christine (John Carpenter, 1983) dont on va vite vous parler, l’éditeur Carlotta offre un écrin de qualité à une autre adaptation de Stephen King, le récit de chien tueur Cujo (Lewis Teague, 1983) sortie la même année. Critique mordante. Film de niche Nous vous en parlions déjà il y a quelques jours à l’occasion de notre chronique de l’adaptation de Dans les Hautes Herbes (Vincenzo Natali, 2019) […]


Photogramme du film Dans les herbes hautes (critique)

Dans les Hautes Herbes

Hasard du calendrier ou illustration concrète d’un revival au bulldozer de l’imaginaire fantastique des années 80/90 (cf notre article Hollywood doit-il arrêter de regarder dans le rétro ?) l’auteur à succès Stephen King a plus que jamais le vent en poupe entre remakes, nouvelles adaptations et ressorties vidéos, pour le meilleur et pour le pire. Il y a quelques jours, Netflix vient de mettre en ligne un nouveau long-métrage adapté d’une nouvelle du « King […]