Donald Sutherland sort du marécage, tenant sa petite fille en ciret rouge dans ses bras, scène du film Ne vous retournez pas.

Ne vous retournez pas

Avec un drame intime sur un couple endeuillé, cet incroyable technicien qu’est Nicolas Roeg transforme le bouquin de Daphné du Maurier (“Don’t look now”, publié en 1971) en pur bijou horrifique, un objet de terreur sourde qui vient presque côtoyer un genre qui nous est cher : le Giallo. Le décor aide beaucoup bien sûr car son Venise a lui n’a rien d’une carte postale. Toujours adepte des dérives expérimentales, ce cultissime et étrange chef d’œuvre apparait comme un vitrail riche et dégoulinant de génie. La couleur y est meurtrière, le montage lui incisif. Pénétrons ensemble sur des voies imperceptibles. Dans ces ruelles brumeuses, les ombres sont menaçantes et la peur fascinante. Gare à vous car au bout du canal, entre deux rats de gouttières, vous risquez de tomber nez à nez avec votre propre reflet.


Dans une forêt, Sarah Giraudeau est assise devant Nicolas Duvauchelle qui la tient dans ses bras, tous deux regardent d'un air las dans une direction opposée, lui à gauche, elle à droite, scène du film Les envoûtés.

Les Envoûtés

Une pigiste en manque de liquidités accepte de couvrir pour son journal un sujet impliquant des apparitions fantomatiques de personnes récemment décédées. Ce petit boulot « simple » s’avère beaucoup plus complexe prévu. L’intrusion du fantastique dans les Pyrénées, c’est le programme de ces Envoûtés (Pascal Bonitzer, 2018) édités en DVD par ESC Distribution.


Jack Nance le visage apeuré, sur fond noir, plan du film Eraserhead pour la projection Fais Pas Genre !

Ciné-Club FPG! – Eraserhead de David Lynch au Cinéma Odyssée (Strasbourg)

Fais pas Genre ! est heureux d’être à nouveau partenaire du Cinéma Odyssée de Strasbourg (67) pour présenter, dans le cadre d’une projection-débat ce Samedi 26 Septembre à 20h30 le grand film qu’est Eraserhead de David Lynch. La séance sera présentée par notre rédacteur, Calvin Roy, qui conversera avec Estelle Dalleu. Docteur en études cinématographiques et chargée d’enseignement au département cinéma de l’Université de Strasbourg, elle a rédigé une thèse sur le cinéma de David Lynch.


Dans une petite église en cours de construction, deux hommes sont assis face à face, au beau milieu de nombreuses planches de bois, scène du film L'étreinte du destin.

L’étreinte du destin

Proposé par Sidonis Calysta dans leur fameuse collection dédiée à ce genre chéri de nos lignes, L’étreinte du destin (George Sherman, 1955) n’est pas un western pur jus. Exit les duels au soleil et les longues chevauchées, et place au cœur d’un homme qui à travers la figure de Dieu, cherche la rédemption à une époque où la civilisation américaine est encore bien fragile.


Une jeune femme asiatique a l'air angoissé, sur sa chemise est projetée le visage d'une autre jeune femme, dans une lueur dorée, scène du film Inunaki.

Inunaki

Prix du jury au dernier Festival de Gérardmer, Inunaki : Howling Village (Takashi Shimizu, 2020) opère un retour à une J-Horror certes traditionnelle mais efficace.


Eric désesperé après avoir lancé malgré lui ses pouvoirs : nous voyons le jeune homme d'en dessous, les paumes vers le ciel, et derrière lui, au plafond, deux cratères, scène du film Mortal.

Mortal

Après plusieurs productions anglo-saxonnes, André Øvredal opère un retour norvégien avec Mortal, un détournement du film de super-héros complètement raté qui sort directement en VOD et vidéo.


Antoine de Maximy pose en saluant l'objectif avec sa main droite, dans un décor de cité HLM, il porte avec lui une petite caméra mobile tenue par un bras relié à sa ceinture ; portrait pour le film J'irai mourir dans les Carpates.

J’irai mourir dans les Carpates

Actuellement en salles, Antoine de Maximy transpose son “J’irai dormir chez vous” en long-métrage de fiction : tout autant variation comico-horrifique du programme, lorgnant vers le found-footage, qu’hommage plein de sensibilité et de justesse au métier de monteur.se.


Sous un ciel blanc, une jeune femme blonde se tient debout, elle est couverte d'une peau d'ours, scène du film Starfish.

Starfish

Film-concept entre teen movie et horreur-scifi, Starfish (A.T White, 2019) débarque en exclusivité française sur la plateforme Shadowz. Nous avons pu s’y plonger avant tout le monde. 


Philippe Nahon pointe un revolver contre son propre reflet dans le miroir, scène du film Seul contre tous.

Le naufrage de Gaspar Noé

En salles le 23 septembre 2020, le moyen-métrage de Gaspar Noé intitulé Lux Aeterna a été projeté en avant-première, à l’Étrange Festival. Juste avant, c’était à Irréversible inversion intégrale de squatter les salles obscures. Deux sorties toutes proches pour un seul constat : l’arche de Gaspar Noé est en train de couler. L’occasion d’un retour amer sur une filmographie qui nous a pourtant mis des étoiles dans les yeux dans ses premières heures.


Une geisha se tient debout près d'un mur sur lequel est peinte une estampe représentant la tête d'une geisa décapitée, scène du film Brumes de chaleur.

Brumes de Chaleur

L’Etrange Festival proposait cette année de (re)découvrir trois perles rares de Seijun Suzuki avec sa Trilogie Taisho. Deuxième film du triptyque, Brumes de Chaleur (Seijun Suzuki, 1981) narre les mésaventures de Matsuzaki. Dramaturge, il rencontre dans la rue Shinako, une femme bien mystérieuse. Piégé entre cette femme insaisissable dont il tombe amoureux et son client, qui s’avère être le mari jaloux de Shinako, un voyage surréaliste dans une station thermale attend ce pauvre Matsuzaki…


Une capsule ressemblant à un vaisseau spatial, ouverte et déserte, flotte dans l'espace, plan en noir et blanc du film Last and first men.

Last and First Men

Après une première présentation à la Berlinale au temps de l’Ancien Monde, Last and First Men l’unique long-métrage du regretté Jóhann Jóhannsson a été projeté à l’Etrange Festival en son hommage. Un manifeste apocalyptique envoûtant et énigmatique, brillamment orchestré par le réalisateur-compositeur ; une œuvre intimiste et monumentale entre documentaire et science-fiction, où passé et futur se confondent. Vertigineux.


Le couple de héros de Tezuka's Barbara, lui en costume et lunettes noires sur le nez, elle en veste en jean et cheveux blonds décolorés, posent tous deux dans leur chambre-garage bordélique, regard caméra.

Tezuka’s Barbara

Adaptation d’un court manga d’Osamu Tezuka, Barbara (Makoto Tezuka, 2020) est une femme visiblement à domicile variable, énigmatique, portée sur l’alcool, inconvenante. Mais, pour le meilleur et surtout pour le pire, elle s’avère être la parfaite muse pour un auteur dépressif en manque d’inspiration.


L'acteur John Keery sur le siège passager de sa voiture, un néon violet se reflète dans la vitre de sa portière.

Spree

Présenté en compétition et en première internationale à L’Etrange Festival, on vous parle de Spree (Eugene Kotlyarenko, 2020) qui embarque l”excellent Joe Keery – vu dans la série Stranger Things – dans une course au followers meurtrière.