Vidéodrome

Rendant hommage à l’un des films fondamental de la cinéphilie de genre, la rubrique “Videodrome” accueille en son sein les articles écrits pour la sortie ou la re-sortie vidéo d’un film, ainsi que les sorties en direct-to-dvd et vod.


Un jeune homme noir est en train de filmer avec une vieille caméra, tandis qu'un vieil homme derrière lui lui place les mains sur l'appareil ; scène du film Last Words.

Last Words

Fable post-apocalyptique en apparence, Last Words (Jonathan Nossiter, 2020) s’avère être une ode au cinéma profondément touchante face aux derniers jours de l’être humain. La dernière bobine Le tout juste regretté Bertrand Tavernier a proposé avec son Voyage à travers le cinéma français (2016) un hommage aux films et réalisateurs qui l’ont marqué durant sa vie. Jonathan Nossiter offre quant à lui un véritable film hommage au septième art sous couvert d’un monde post-apocalyptique où […]


En pleine rue, au premier plan le visage d'Isabelle Adjani possédée, du sang lui coule de la bouche ; derrière elle Sam Neill s'approche d'elle, le regard presque lubrique ; scène du film Possession.

Possession

Nous avons toujours beaucoup de plaisir à chroniquer les sorties de nos courageux amis du Chat qui Fume qui régulièrement nous gratifient de remarquables éditions. C’est avec une certaine émotion que nous revenons aujourd’hui sur ce qui est peut-être, à ce jour, leur chef-d’œuvre, à savoir la réédition en UHD et Blu-ray du chef-d’œuvre (justement) d’Andrej Zulawski, l’obsédant et hystérique Possession.


Sur lepont d'un vieux bateau en bois, un pirate fantôme, en squelette, fait un baise main à Madame Pandora, sous les yeux de Petit Vampire derrière elle.

Petit Vampire

Après un court passage en salles en octobre dernier, Petit Vampire (Joann Sfar, 2020) fait débarquer le bestiaire de monstres du célèbre auteur-dessinateur-réalisateur en DVD et Blu-ray pour conquérir les enfants et les fans d’horreur.


L’Etrange Monsieur Victor

Ce n’est pas tous les jours que nous avons l’occasion, dans nos colonnes, d’évoquer l’un des plus grands cinéastes français de tous les temps, si ce n’est le plus grand : Jean Grémillon. La très belle réédition chez Pathé de L’étrange Monsieur Victor (1938), passionnante tragédie toulonnaise, en est une formidable.


Dans une rue bondée de badauds, James Stewart est tenu sous le revolver du marshall tout vêtu de noir dans le film Je suis un aventurier.

Je suis un aventurier

Ressorti chez Sidonis Calysta dans sa collection « Westerns de Légende », Je suis un aventurier (1954), énième fruit de la fructueuse collaboration entre Anthony Mann et James Stewart, illustre ce sentiment alors chevrotant de l’idéologie américaine : celui d’enfin s’installer chez soi, et de prendre en main son destin.


Penelope Cruz sur un toit en ville, les cheveux au vents, se couvre avec ses bras laissant penser qu'elle a froid ; derrière elle la silhouette d'un homme dans le second plan flou ; plan du film Ouvre les yeux.

Ouvre les yeux

Après le chef-d’œuvre Tesis (1996), Alejandro Amenabar signe en 1997 un deuxième long-métrage ambitieux et encore plus impressionnant : Ouvre les yeux. Aujourd’hui, StudioCanal offre une nouvelle vie à ce classique du cinéma fantastique espagnol. Tachez de garder les yeux ouverts…


Près d'une maison au bord de la mer, une femme vêtue comme un paysanne d'un ancien temps porte sur ses épaules deux seaux dans le film Le Poids de l'Eau.

Le Poids de l’Eau

Kathryn Bigelow dans les années 90, avant son oscar pour Démineurs (2009), avant les chocs Zero Dark Thirty (2012) et Detroit (2017), est déjà au top de sa forme. Après quelques incursions à la réalisation de séries tv, Il faut ensuite attendre l’an 2000 pour retrouver la réalisatrice au cinéma. Ce retour ce sera “Le Poids de l’Eau”, réédité ce mois en Blu-ray par Studiocanal.


Plan d'ensemble sur une vaste cellule de prison, en pierre ; un homme et une femme se font face d'un bout à l'autre d'une table exagérment longue ; scène du film Meurtre de 1930.

Meurtre

Studio Canal fait la lumière sur un des premiers méfaits parlants de Sir Alfred Hitchcock, Meurtre, tourné en 1930 : critique d’une œuvre de jeunesse, imparfaite, mais déjà si représentative des talents d’un maître. Mourir sur scène Vous avez déjà entendu parler d’Alfred Hitchcock ? Ce monsieur avec un certain embonpoint, une bouille de bonhomme anglais circonspect, le regard imperturbable, flegmatique face à la mort et la violence même, s’en amusant au débotté… Un des […]


David Carradine et Barbara Hershley assis côté à côté dans leur lit du film Bertha Boxcar.

Bertha Boxcar

Œuvre méconnue du grand public mais qui témoigne des ambitions futures de son réalisateur, Rimini Editions nous proposent de (re)decouvrir le film Bertha Boxcar, second film du réalisateur Martin Scorsesse en combo DVD/Blu-Ray. La Grande Bertha Si on peut reprocher beaucoup de choses au producteur Roger Corman, force est de constater qu’à la différence de certains producteurs de séries B actuelles (Jason Blum en fait-il partie ? Il y a débat), il a toujours montré […]


Au premier plan, une marionnette masculine avec un sourire inquiétant, au second plan Anthony Hopkins qui l'actionne l'air hagard ; scène du film Magic.

Magic

Juste après Un pont trop loin, et juste avant l’oscarisé Gandhi, Richard Attenborough réalise le thriller Magic avec Anthony Hopkins, qu’il dirigeait déjà dans son film de guerre. Presque vingt ans après Psychose (Alfred Hitchcock, 1960), est-ce bien nécessaire pour le spectateur de replonger dans la vie d’un meurtrier schizophrène ré-édité par Rimini Editions ? Psychose Il y a, dans les premières séquences de Magic un je-ne-sais-quoi qui hypnotise et qui fait fantasmer au spectateur […]


Peter Dinklage, concentré avec des lunettes sur le nez, met la dernière pièce à une maquette de bâtiment toute blanche dans le film Rememory.

Rememory

Les fans de Game of Thrones (2011-2019) seront inévitablement attirés par la présence de Peter Dinklage (le fameux Tyrion Lannister), ici personnage principal de Rememory catégorisé comme science-fiction. Deuxième collaboration entre l’acteur et le réalisateur Mark Palansky après son premier long-métrage fantastique Penelope (2006), ce second film introduit en effet une idée futuriste : Gordon Dunn (Martin Donovan) a mis au point un prototype de machine qui permet de récupérer les souvenirs que le temps altère petit à petit.


Au pied d'un lit, une femme attachée et bâillonnée regarde avec espoir un téléphone rouge, à quelque mètres d'elle ; scène du film Des fleurs pour un espion.

Des fleurs pour un espion

Plongée dans l’Euro Spy, genre d’exploitation on ne peut plus opportuniste surfant sur la James Bond mania des années 60, grâce à la sortie en DVD chez Artus Films de Des fleurs pour un espion réalisé par le roublard Umberto Lenzi en 1966. Critique d’un long-métrage bis certes, mais qui n’a peut-être pas tant à rougir de la comparaison avec son illustre modèle.