Festival de Cannes


Alice et Joachim sont assis côte à côté sur un banc dans une cité bosniaque, devant un petit parterre de verdure, scène du film Les héros ne meurent jamais pour notre interview d'Aude Léa Rapin.

Aude Léa Rapin, histoire de fantômes

Présenté à la Semaine de la Critique de Cannes en 2019, Les Héros ne meurent jamais (Aude Léa Rapin, 2020) s’est finalement frayé un chemin en salles entre deux confinements. Aude Léa Rapin y raconte l’enquête étonnante d’Alice (Adèle Haenel) sur les traces de la prétendue vie antérieure de son ami Joachim, une enquête qui les mène jusqu’en Bosnie, pays hanté par les fantômes de la guerre. Analyse d’une nouvelle incursion dans le cinéma de genres français avec sa réalisatrice.


Les gangsters du film Les Siffleurs réunis dans un bâtiment désaffecté, des rideaux blancs tombent sur les murs.

Les Siffleurs

Dernier film de la compétition du 72ème festival de Cannes à sortir dans les salles françaises, Les Siffleurs de Corneliu Poremboiu emmène le cinéma roumain prendre le soleil aux Canaries. Il continue cependant de trainer la corruption, un de ses thèmes majeurs, mais avec beaucoup d’audace, et un peu d’humour. Les Siffleurs est à ce titre un grand plaisir cinéphile, en s’inscrivant de manière très ludique dans le genre du film noir. Siffler Là-Haut Sur […]


L'actrice Wu Ke-xi braque sur nous un revolver, face caméra, alors qu'elle se tient au beau milieu d'un salon décoré comme dans les années 70, scène du film Nina Wu.

Nina Wu

Présenté à Un Certain Regard à Cannes en 2019, Nina Wu (Midi Z, 2020) comptait secouer la Croisette avec son sujet provocateur. Brûlot politique sur la domination masculine au cinéma, le réalisateur Midi Z plonge ses personnages et ses spectateurs dans un enfer qui peut exister au-delà de l’écran. L’actrice du Millénaire Ce qui frappe d’abord dans Nina Wu, c’est le jusqu’au-boutisme de son propos. Nina, une jeune taïwanaise, streameuse et aspirante actrice, rêve de […]


The Lighthouse 2

Nouvelle figure de proue du cinéma fantastique américain aux côtés d’Ari Aster – Midsommar (2019) et Hérédité (2018) –, de David Robert Mitchell – It Follows (2014) et Under The Silver Lake (2018) – et véritable poule aux œufs d’or du Studio A24, Robert Eggers est de retour sur nos grands écrans trois ans après le succès de son premier brûlot, The Witch (2016). L’occasion rêvée pour nous de vous parler de ce pari osé […]


Djibril Zonga et Damien Bonnard dans le film Les misérables (critique)

Les Misérables 1

A notre surprise, l’événement du moment, estampillé Prix du Jury au Festival de Cannes 2019, n’est pas qu’un film de banlieue mais indéniablement un récit qui emprunte aux cinémas de genres de quoi enflammer son discours politique… Critique des Misérables de Ladj Ly. Les Châtiments Le vide politique du cinéma français. Cette une de septembre 2015, lancée dans les kiosques par les forts vénérables Cahiers du Cinéma, a pu faire du bruit. Il y avait […]


Bande d'ours véhémente dans La fameuse invasion des ours en Sicile (critique)

La Fameuse Invasion des Ours en Sicile

Alors que les films d’animation pour enfants ont poussé comme des champignons après la pluie en ces temps de vacances scolaires, il en est un qui se détache des superproductions américaines. La Fameuse invasion des ours en Sicile (Lorenzo Mattoti, 2019) produit et fabriqué par Prima Linea Productions – à qui l’on doit déjà le magnifique La Tortue rouge (Michaël Dudok de Wit, 2016) – déploie une remarquable fable à l’univers aussi coloré qu’atypique. Des […]


Lunga prêt à tirer dans le film Bacurau (critique)

Bacurau 2

Le Prix du Jury du Festival de Cannes 2019 est revêtu d’une aura d’OFNI “à la croisée des chemins” : entre western, violence genresque et allégorie sociale d’un Brésil sous tension depuis l’élection de Jair Balsonaro. Fais Pas Genre se propose d’affiner la critique avec un point de vue un peu plus mesuré sur Bacurau (Kleber Filho Mendonça & Juliano Dornelles, 2019). Le genre comme prétexte Alors que Joker (Todd Phillips, 2019) continue d’alimenter les […]


J’ai perdu mon corps 2

Après un couronnement à Cannes puis à Annecy, J’ai perdu mon corps (Jérémy Clapin, 2019) continue sa tournée des festivals en passant par le Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg, où il remporte à nouveau le prix du meilleur film de sa catégorie, ex-aequo avec Away (Gints Zilbalodis, 2019). Racontant l’épopée épique d’une main orpheline traversant vents et marées pour retrouver son propriétaire, le long-métrage” est un chef d’œuvre de cinéma par sa sincérité […]


Imogen Poots et Jesse Eisenberg dans le film Vivarium (critique)

Vivarium

Parmi les grandes thématiques cet Étrange Festival 2019, le home invasion est particulièrement prisé par la compétition, avec notamment l’un des longs-métrages les plus attendus de cette édition : Vivarium, déjà présenté à Cannes à l’occasion de la Semaine de la Critique. L’irlandais Lorcan Finnegan livre un second long métrage aussi hypnotique que troublant. Enfer à louer Un jeune couple à la recherche d’une maison tombe sur une agence pour le moins particulière, aussi étrange […]


Roubaix, une lumière

Contrairement aux idées reçues, Arnaud Desplechin, le pape contemporain des auteurs français, a toujours été attiré par le cinéma de genre(s) dans des formes plus ou moins contournées voire alambiquées. Abandonnant pour un temps son romanesque sophistiqué, il revient aujourd’hui avec un « vrai » polar, inspiré d’une histoire « vraie », en quête de « vrai » cinéma. Porté par des comédiennes exceptionnelles et après une première partie captivante, Roubaix, une lumière se perd […]


Once Upon a Time… in Hollywood 4

Quentin Tarantino est probablement l’auteur contemporain dont la sortie d’un nouvel opus génère le plus d’attentes, d’excitation et forcément d’appréhension. Le voir s’attaquer à l’année 1969, qui plus est dans la cité des anges, et donc indubitablement au destin tragique de Sharon Tate, pouvait inquiéter davantage encore. Accueilli tièdement à Cannes, Once Upon a Time … In Hollywood est pourtant un grand film mélancolique, inégal et diablement tordu dont il est bien difficile de définir […]


Parasite 8

Il nous aura fallu du temps… Le temps de prendre le pouls des premières réactions publiques après le triomphe cannois, le temps de prendre du recul après tant d’attente et l’inévitable enthousiasme du visionnage dans une salle pleine et trépignante, le temps de replacer ce nouveau long-métrage dans la carrière déjà très riche de son auteur de génie, afin d’en estimer l’importance ou non. C’est donc plusieurs semaines après sa sortie que nous revenons enfin […]


L’Ange

En sélection officielle au dernier Festival de Cannes, dans la section « Un certain Regard », L’Ange (Luis Ortega, 2019) est un long-métrage argentin retraçant le parcours d’un assassin, « l’ange de la mort », ayant terrorisé Buenos Aires au début des années 1970. Si le film, produit notamment par les frères Almodovar, se balade entre biopic édulcoré et drame pulpeux, on vous explique pourquoi il ne fait quand même indubitablement pas genre. Fiction Pulpeuse Nous sommes à Buenos […]