nazi


The Zone of Interest

“The Zone of Interest” de Jonathan Glazer ne sortira qu’en janvier sur tous les écrans français, mais il voyage de plus en plus régulièrement dans divers festivals francophones depuis sa présentation au dernier festival de Cannes, où il était d’assez loin le film qui nous avait le plus saisi. Comme nous participions à sa présentation la semaine dernière au Festival Augenblick de Strasbourg dont nous sommes partenaire, nous nous permettons d’y revenir enfin plus longuement, et de tenter de saisir les multiples beautés, et complexités, de cette œuvre capitale et retorse.

Une famille se prélasse sur l'herbe au bord d'un lac, au cœur d'une vallée verte et ensoleillée, dans le film The Zone of Interest.

L'acteur Jorma Tommila, le visage bruiné et barbu, cheveux longs, est dans la terre, on devine qu'il était en train de creuser mais sa tête est tournée vers derrière lui, comme s'il avait été dérangé ; plan issu du film Sisu : de l'or et du sang.

Sisu : de l’or et du sang 1

Imaginez un instant que John Wick et John Rambo ait enfantés d’un finlandais énervé par les nazis et vous aurez certainement une idée s’approchant de ce qu’est “Sisu : De l’or et du sang” (Jalmari Helander, 2023). Un film à l’action et la violence décomplexées où le personnage principal nous offre un récital, sorte de longue vidéo tuto sur comment décharner un corps humain en cinq chapitres.


Indiana Jones et le cadran de la destinée

Conclusion de quatre décennies d’aventures aux quatre coins du globe et de ses légendes, Indiana Jones et le Cadran de la destinée (James Mangold, 2023) se devait de réussir la sortie du héros et par la même occasion, celle de son mythique interprète. Et ce sans ses deux papas, tout aussi légendaires que l’archéologue lui-même ! Après un quatrième opus en demie teinte, ce cinquième épisode vient-il nous confirmer que la place d’Indy est désormais dans un musée ?


Gros plan sur le visage d'un monstre aux dents pointues et à la peau grise, portant un bonnet de Père Noël avec en fond un sapin de Noël ; issu du film Elves.

Elves

Noël est la seule période de l’année durant laquelle le spectateur lambda peut accepter sans sourciller des histoires d’amour naïves entre une business woman et son ancien petit ami resté au village. Le spectateur fan d’épouvante va plutôt en profiter pour regarder le mythe du père Noël être soumis à tout un tas d’horreurs. Mais le genre n’est pas si prolifique que ça et après quelques années à regarder Black Christmas (Bob Clark, 1974) ou Krampus (Michael Doughery, 2015) que reste-t-il à se mettre sous la dent ? Notre lectorat risque de penser qu’il a trop forcé sur le lait de poule s’il s’aventure à regarder Elves (Jeffrey Mandel, 1989), film inclassable venu des tréfonds des ténèbres de la hotte du père Noël.


Jojo Rabbit 3

Depuis son passage remarqué au Festival de Toronto où il remporta le prix du public, le nouveau film du néo-zélandais Taika Waititi s’est vu porté par un énorme succès public, qui l’a mené jusqu’aux Oscars où il est nommé six fois. Retour sur cette fable historico-fantastico-satirico-humoristique, Jojo Rabbit. La Vie sera belle Chaque année, la saison des prix et récompenses hollywoodiens nous apporte son lot de surprises et rebondissements. Mieux que la meilleure de vos […]

Le petit Jojo discute avec son ami imaginaire Adolf Hitler dans la forêt, scène du film Jojo Rabbit.

Cape et Poignard

Les éditions Rimini sortent pour la première fois en Blu-Ray en France le beau et méconnu Cape et Poignard de Fritz Lang (1946) dans un master honorable bien que n’ayant malheureusement pas pu bénéficier d’une restauration complète. L’occasion de revenir sur ce grand film paranoïaque sur fond de course à l’arme nucléaire. Quoi de mieux à mettre sous le sapin ? Guerre Froide Commencer le visionnage d’un film d’espionnage au cœur de la Seconde Guerre Mondiale, […]