documentaire


[Entretien] Lucas Stoll, suivre sa voix

C’est en direct de son Alsace natale que Lucas Stoll, réalisateur de son état, a répondu à nos questions à propos de son super documentaire On a volé ma VF (2024). Disponible sur YouTube, son film évoque de manière assez définitive le métier de comédien de doublage avec un regard tout à fait personnel où se mêlent la réalité du métier et la fantaisie de son auteur. Entretien.

Visuel de promotion du film On a volé ma VF de Lucas Stoll, avec une main tenant un micro et une VHS comme une valise.

Big John

Shadowz met à disposition le fabuleux documentaire Big John (Julien Dunand, 2006), retraçant la carrière de John Carpenter, cinéaste de l’horreur aussi célébré et adulé partout dans le monde que difficile à produire selon les majors. Alors qu’il est absent derrière la caméra depuis bientôt quinze ans, Big John nous permet de replonger tête baissée dans son œuvre.


Knit’s Island, l’île sans fin

Un documentaire tourné dans un jeu vidéo ? C’est la promesse originale de “Knit’s Island, l’île sans fin” documentaire qui nous propose une plongée en immersion dans un serveur de jeu post-apocalyptique investi par des communautés survivalistes. En résulte une proposition cinématographique aussi hybride que passionnante.

Les cinq personnages de l'univers fictif de Knit's Island posent face caméra, de plein-pied, sous un ciel rose, et sur un toit.

Michael Cimino, un mirage américain

Le documentaire de l’historien et réalisateur Jean-Baptiste Thoret est toujours à l’affiche dans quelques (bonnes) salles. L’occasion de décortiquer le cinéma du réalisateur de Voyage au bout de l’enfer (1978), et d’ausculter l’Amérique profonde qui y est dépeinte.

Plan d'ensemble où Michael Cimino, vu de dos, contemple une grande affiche du film Deer Hunter sur un mur en brique ; issu du documentaire Michael Cimino, un mirage américain.

Vortex

« Quand approche le Festival de Cannes, Gaspar Noé se dépêche de faire un film » s’amusait Thierry Frémaux en introduction de la projection de Vortex à « Cannes Premières », la section inaugurée en cette édition particulière. Il ne croyait pas si bien dire : alors que le cinéaste obtenait pour la première fois l’avance sur recettes du CNC en mars dernier pour ce projet, il était à Cannes en juillet pour le présenter en toute fin de festival. Surprise, ce nouvel opus n’est pas qu’un bâclage chiqué, genre de faux événements dont Noé a le secret, mais au contraire un vrai beau film aussi candide que juste. Retour sur une belle et triste surprise.