Pier Paolo Pasolini


Plan rapproché-épaule sur un Pier Paolo Pasolini le regard au loin, un tissu blanc autour du crâne, les traits creusés, derrière lui, le décor semble être celui d'une église austère tout en pierre.

La Trilogie de la Vie de Pasolini

“Trop en avance ” et “trop en retard “, voilà comment se définissait Pasolini en tant qu’intellectuel. Et dire que cette figure majeure du siècle dernier – peintre, poète, journaliste, virtuose, marxiste hérétique et chrétien homosexuel – est toujours autant d’actualité. Carlotta nous propose de (re)découvrir dans un somptueux coffret, la délicieuse Trilogie de la vie constituée de Le Décaméron (1971), Les Contes de Canterbury (1972) et les Mille et Une Nuits (1974). Sur les pas de l’italien Boccace, en passant par les récits d’une Angleterre médiévale, sans oublier les contes venus d’Orient, Pasolini a peut-être renouer avec un essentiel éteint. Ça reste l’occasion de se replonger dans toute la beauté et la violence de cet immense et paradoxal artiste.


Médée

Dernier volet de la trilogie des mythes après L’Evangile selon saint Mathieu (1964) et Œdipe roi (1967), Médée (1969) de Pier Paolo Pasolini ressort en salles dans une belle copie restaurée par Carlotta, à l’occasion du 40ème anniversaire de la disparition de son interprète principale Maria Callas. L’occasion de revenir sur cette œuvre folle et terrifiante. La Terreur et la Pitié Pour ceux qui n’ont jamais fait Lettres classiques, qui n’ont jamais été plongé dans les […]