cinema de genre francais


Le visage de Suliane Brahim caché derrière un voile transparent et un un peu opaque dans le film La Nuée.

Just Philippot, esprit de synthèse

Notre dossier déjà conséquent d’Etat des lieux des cinémas de genres français avait tendance à quelque peu tourner en rond autour des mêmes constats, des mêmes espoirs… et des mêmes désillusions. Mais de toute évidence, si 2020 sera une année à oublier, 2021 sera quant à elle mémorable. Car comme Virginie, le personnage principal de La Nuée (Just Phillipot, 2020), le genre à la française a augmenté les doses, fait fructifier son vivier, injecté du sang neuf, édifié ça et là de nouvelles serres. Les sauterelles se multiplient, elles déferlent, elles ont faim. Entretien avec un affamé et son film aussi majeur que prototype.


Mimsy Farmer les yeux clos, en grande douleur, plongée toute habillée dans un cours d'eau qui lui monte jusqu'aux hanches ; plan iconique du film La Traque.

La Traque

Le coffret offert par le Chat qui Fume à La Traque (Serge Leroy, 1975) remet la lumière sur un film qu’il convient de re-considérer aujourd’hui comme une pièce majeure du cinéma français.


Alice et Joachim sont assis côte à côté sur un banc dans une cité bosniaque, devant un petit parterre de verdure, scène du film Les héros ne meurent jamais pour notre interview d'Aude Léa Rapin.

Aude Léa Rapin, histoire de fantômes

Présenté à la Semaine de la Critique de Cannes en 2019, Les Héros ne meurent jamais (Aude Léa Rapin, 2020) s’est finalement frayé un chemin en salles entre deux confinements. Aude Léa Rapin y raconte l’enquête étonnante d’Alice (Adèle Haenel) sur les traces de la prétendue vie antérieure de son ami Joachim, une enquête qui les mène jusqu’en Bosnie, pays hanté par les fantômes de la guerre. Analyse d’une nouvelle incursion dans le cinéma de genres français avec sa réalisatrice.


Un homme, voyeur, observe à travers les feuilles d'une plante dans le film Les charnelles.

Les charnelles

Après « La Saignée » et « La Rose Ecorchée », Le Chat qui Fume continue dans sa démarche de réhabilitation du cinéaste français Claude Mulot en éditant dans un somptueux coffret Blu-Ray/UHD un film simili-érotique titré « Les Charnelles », mais avant tout, un long-métrage considérablement plus faible que les deux autres.


Dans une forêt, Sarah Giraudeau est assise devant Nicolas Duvauchelle qui la tient dans ses bras, tous deux regardent d'un air las dans une direction opposée, lui à gauche, elle à droite, scène du film Les envoûtés.

Les Envoûtés

Une pigiste en manque de liquidités accepte de couvrir pour son journal un sujet impliquant des apparitions fantomatiques de personnes récemment décédées. Ce petit boulot « simple » s’avère beaucoup plus complexe prévu. L’intrusion du fantastique dans les Pyrénées, c’est le programme de ces Envoûtés (Pascal Bonitzer, 2018) édités en DVD par ESC Distribution.


Une femme nue, une croix de lave sur le ventre avance dans une espèce de grotte indéfinie, dont les parois reflètent une intense lumière violette, scène du film Blood Machines.

Blood Machines

Contre toute attente, Blood Machines s’est frayé un chemin précisément là où il se doit d’être vu : les salles de cinéma. L’occasion rêvée pour découvrir la vision du duo Seth Ickerman (avec qui nous nous étions entretenus il y’a un an) aux commandes d’un space opera fauché mais audacieux.


Michel Piccoli et Catherine Deveneuve en tenue d'été, sont attablés face à face, ils se tiennent la main, scène en noir et blanc issue du film Les créatures.

Les Créatures

Méconnu, oublié, absent des hommages, l’étrange Les Créatures (1966) d’Agnès Varda fait partie des films qu’elle considère elle-même comme un échec (et qui si l’on en croit les chiffres, l’est effectivement) avec l’émouvant et technique Les Cent et Une Nuits de Simon Cinéma (1995) dont on vous a déjà parlé. Pourtant, Les Créatures, drôle de film de genre en noir et blanc avec une Catherine Deneuve muette et un Piccoli balafré, vaut qu’on s’intéresse un […]


Benjamin Parent, en finir avec les injonctions 1

Surprise discrète mais réelle de ce début d’année, Un Vrai Bonhomme est le premier long-métrage d’un réalisateur Benjamin Parent sur lequel il faudra sans doute compter au cours de la décennie qui s’ouvre. Teen-movie aux accents fantastiques et mélodramatiques, le film s’impose par sa candeur, son hybridité et son épatant casting. Nous sommes donc ravis d’avoir pu nous entretenir avec son auteur passionné, et y voyons autant une occasion de revenir sur la création de […]


Adama Niane halluciné dans le film Furie (critique)

Furie

Remake à peine déguisé des Chiens de Paille (Sam Peckinpah, 1971) en beaucoup moins bien, Furie (Olivier Abbou, 2019) est un énième exemple de film de genre à la française passé à côté d’un argument qui portait de grandes possibilités. Tout est bon dans le cochon Ah ce cinéma de genre français… Muse adorée, arlésienne tragique, sujet des querelles, objectif sacré de la guerre civile des cinéphiles. En France le genre pose question. Par on […]


Klaus Kinski et Maria Schneider dans le film Haine (critique)

Haine

Jusqu’alors inédit en DVD et Blu-Ray, Le Chat qui Fume offre une édition incontournable au film Haine (Dominique Goult, 1980) s’ajoutant à sa collection de films de genres français que l’éditeur propose de faire redécouvrir. Visages, Villages Réalisateur de films pornographiques dans les années 70’s, sous le pseudonyme de Richard Stephen, Dominique Goult est l’homme d’un seule production dite « traditionnelle ». Malgré qu’il soit un quasi-anonyme au moment de réaliser Haine en 1980, le […]


Fabrice du Welz, à bras-le-corps 1

Paul, jeune adolescent solitaire, rencontre Gloria, patiente d’une clinique psychiatrique. Pris d’amour pour la jeune fille, il s’enfuit avec elle, loin de tout, pour vivre une errance au fil de l’eau, une errance (des)enchantée où la plus grande laideur cohabite avec une beauté solaire à couper le souffle. D’une sincérité terrassante, Adoration (2020) est une œuvre suspendue dans le temps, troublante et hypnotique, lorgnant entre le conte de fée et le réalisme poétique. Lors de […]


Evenement FPG! – Table-Ronde Cinéma de Genre avec l’ARP

  Fais pas Genre ! est très heureux de s’associer avec L’ARP (Société des Auteurs Réalisateurs Producteurs) dans le cadre de la prochaine « Journée de la Création » organisé par les cinéastes de l’ARP le Mardi 18 Juin à partir de 10h au Cinéma des Cinéastes (Paris). Durant cette journée, s’enchaîneront tables-rondes sur divers sujets et projections (voir le programme). A cette occasion, l’équipe de Fais pas Genre ! est partenaire d’une table ronde consacrée aux […]


High Life 1

Projet alléchant dont on entend parler depuis bien longtemps, de sa gestation jusqu’à présentation à Toronto où il occupait la place de la traditionnelle «séance malaises et vomis», High Life (Claire Denis, 2018) débarque enfin sur nos écrans, précédée d’une réputation de chef-d’œuvre sulfureux et mystique. Mais Claire Denis est-elle vraiment revenue à son meilleur niveau ? Fluide Glacial Qu’on le veuille ou non, Claire Denis est l’une des cinéastes les plus singulières du paysage cinématographique français […]