cinema de genre francais


Dans un clair-obscur jauni, on installe un vieil appareil dentaire à la jeune Earwig de Lucile Hadzihalilovic.

Lucile Hadzihalilovic, logique de la sensation

Cinéaste majeure mais encore malheureusement trop confidentielle, Lucile Hadzihalilovic revient ce mercredi sur nos écrans avec son troisième long-métrage, l’envoutant Earwig. Conte macabre autant qu’échappée mentale, presque psychédélique, il tient toutes les promesses de ses précédents essais, et s’impose comme le premier rendez-vous clé de notre année 2023. Nous avons pu nous entretenir longuement avec la cinéaste, où il est question de la création de ce magnifique nouveau film, mais aussi de son cinéma en général, et sa place singulière dans le paysage cinématographique européen.


Patricia Mazuy, la sauvagerie en héritage

En l’espace de six long-métrages et d’un téléfilm culte, émaillés depuis plus de trente ans dans le paysage cinématographique français, la cinéaste Patricia Mazuy n’a eu de cesse, en passant de genres en genres, de cultiver son style : celui d’un cinéma incandescent et électrique, toujours intense. Puisant entre autres dans le western, sa mise-en-scène est celle de la furia tapie dans le cœur et l’âme. La réalisatrice s’attache à dépeindre la sauvagerie naissante chez ses personnages, les frères de Peaux de vaches, les adolescents de Travolta et moi, Gracieuse dans Sports de filles ou encore Paul Sanchez dans le film éponyme pour ne citer que quelques exemples. Avec son nouveau long-métrage, Bowling Saturne, elle signe un des films les plus saisissants de l’année 2022 qui s’achève, un « thriller féroce » et viscéral, sans concession, porté par une confrontation mythologique entre frères, et d’un lieu iconique, des entrailles d’où naissent le mal.


Samuel Le Bihan et Marc Dacascos regardent l'objectif avec un ciel ombragé et la plaine du Gévaudan en arrière-plan ; ils portent un foulard et un chapeau qui couvrent leurs visages et ne dévoilent que leurs yeux ; affiche du film Le pacte des loups de Christophe Gans.

Christophe Gans, le chimiste fou

Invité d’honneur du Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg 2022, nous avons rencontré Christophe Gans pour parler yakuza, jeux vidéo et écologie — un pot au feu bouillonnant, à l’image du cinéaste. L’occasion parfaite de poursuivre notre état des lieux des cinémas de genres français.


Belphégor (1927)

Dans sa volonté de rendre encore plus accessible son catalogue de patrimoine, Pathé ressort Belphégor (1927) de Henri Desfontaines, dans une édition Blu-Ray. Avec ce véritable écrin d’un cinéma de genre français des années 30 : plongez, tête la première, dans cet objet curieux et profondément marqué par son époque.


Le visage de Suliane Brahim caché derrière un voile transparent et un un peu opaque dans le film La Nuée.

Just Philippot, esprit de synthèse

Notre dossier déjà conséquent d’Etat des lieux des cinémas de genres français avait tendance à quelque peu tourner en rond autour des mêmes constats, des mêmes espoirs… et des mêmes désillusions. Mais de toute évidence, si 2020 sera une année à oublier, 2021 sera quant à elle mémorable. Car comme Virginie, le personnage principal de La Nuée (Just Phillipot, 2020), le genre à la française a augmenté les doses, fait fructifier son vivier, injecté du sang neuf, édifié ça et là de nouvelles serres. Les sauterelles se multiplient, elles déferlent, elles ont faim. Entretien avec un affamé et son film aussi majeur que prototype.


Mimsy Farmer les yeux clos, en grande douleur, plongée toute habillée dans un cours d'eau qui lui monte jusqu'aux hanches ; plan iconique du film La Traque.

La Traque

Le coffret offert par le Chat qui Fume à La Traque (Serge Leroy, 1975) remet la lumière sur un film qu’il convient de re-considérer aujourd’hui comme une pièce majeure du cinéma français.


Alice et Joachim sont assis côte à côté sur un banc dans une cité bosniaque, devant un petit parterre de verdure, scène du film Les héros ne meurent jamais pour notre interview d'Aude Léa Rapin.

Aude Léa Rapin, histoire de fantômes

Présenté à la Semaine de la Critique de Cannes en 2019, Les Héros ne meurent jamais (Aude Léa Rapin, 2020) s’est finalement frayé un chemin en salles entre deux confinements. Aude Léa Rapin y raconte l’enquête étonnante d’Alice (Adèle Haenel) sur les traces de la prétendue vie antérieure de son ami Joachim, une enquête qui les mène jusqu’en Bosnie, pays hanté par les fantômes de la guerre. Analyse d’une nouvelle incursion dans le cinéma de genres français avec sa réalisatrice.


Un homme, voyeur, observe à travers les feuilles d'une plante dans le film Les charnelles.

Les charnelles

Après « La Saignée » et « La Rose Ecorchée », Le Chat qui Fume continue dans sa démarche de réhabilitation du cinéaste français Claude Mulot en éditant dans un somptueux coffret Blu-Ray/UHD un film simili-érotique titré « Les Charnelles », mais avant tout, un long-métrage considérablement plus faible que les deux autres.


Dans une forêt, Sarah Giraudeau est assise devant Nicolas Duvauchelle qui la tient dans ses bras, tous deux regardent d'un air las dans une direction opposée, lui à gauche, elle à droite, scène du film Les envoûtés.

Les Envoûtés

Une pigiste en manque de liquidités accepte de couvrir pour son journal un sujet impliquant des apparitions fantomatiques de personnes récemment décédées. Ce petit boulot « simple » s’avère beaucoup plus complexe prévu. L’intrusion du fantastique dans les Pyrénées, c’est le programme de ces Envoûtés (Pascal Bonitzer, 2018) édités en DVD par ESC Distribution.


Une femme nue, une croix de lave sur le ventre avance dans une espèce de grotte indéfinie, dont les parois reflètent une intense lumière violette, scène du film Blood Machines.

Blood Machines

Contre toute attente, Blood Machines s’est frayé un chemin précisément là où il se doit d’être vu : les salles de cinéma. L’occasion rêvée pour découvrir la vision du duo Seth Ickerman (avec qui nous nous étions entretenus il y’a un an) aux commandes d’un space opera fauché mais audacieux.


Michel Piccoli et Catherine Deveneuve en tenue d'été, sont attablés face à face, ils se tiennent la main, scène en noir et blanc issue du film Les créatures.

Les Créatures

Méconnu, oublié, absent des hommages, l’étrange Les Créatures (1966) d’Agnès Varda fait partie des films qu’elle considère elle-même comme un échec (et qui si l’on en croit les chiffres, l’est effectivement) avec l’émouvant et technique Les Cent et Une Nuits de Simon Cinéma (1995) dont on vous a déjà parlé. Pourtant, Les Créatures, drôle de film de genre en noir et blanc avec une Catherine Deneuve muette et un Piccoli balafré, vaut qu’on s’intéresse un […]


Benjamin Parent, en finir avec les injonctions 1

Surprise discrète mais réelle de ce début d’année, Un Vrai Bonhomme est le premier long-métrage d’un réalisateur Benjamin Parent sur lequel il faudra sans doute compter au cours de la décennie qui s’ouvre. Teen-movie aux accents fantastiques et mélodramatiques, le film s’impose par sa candeur, son hybridité et son épatant casting. Nous sommes donc ravis d’avoir pu nous entretenir avec son auteur passionné, et y voyons autant une occasion de revenir sur la création de […]


Adama Niane halluciné dans le film Furie (critique)

Furie

Remake à peine déguisé des Chiens de Paille (Sam Peckinpah, 1971) en beaucoup moins bien, Furie (Olivier Abbou, 2019) est un énième exemple de film de genre à la française passé à côté d’un argument qui portait de grandes possibilités. Tout est bon dans le cochon Ah ce cinéma de genre français… Muse adorée, arlésienne tragique, sujet des querelles, objectif sacré de la guerre civile des cinéphiles. En France le genre pose question. Par on […]