vod


La Mascotte

Parfois, l’argument d’un film ne tient à rien. Dans le cas de La Mascotte (Matthew Goodhue, 2024), la promesse de voir un paresseux tout mignon se mettre à zigouiller tout ce qui bouge était suffisante pour organiser une soirée visionnage décérébrée. A l’occasion de sa sortie en VOD dans notre contrée, on revient sur ce drôle d’objet.

Gros plan sur un paresseux buvant une bière, dans le film La mascotte.

En contre-plongée, la silhouette d'une femme, peu éclairée, observe un sous-sol du haut de l'escalier qui y mène ; scène du film Fear de Deon Taylor.

Fear

Avis aux nostalgiques de la Covid-19, aux amateurs de clip MTV et de morales bibliques, Fear (Deon Taylor, 2024) est (enfin) disponible chez nous en VOD, quatre ans après son tournage. Après un visionnage difficile, on vous explique pourquoi on tient déjà là un prétendant au titre pour notre Flop 2024 !


Equalizer 3

Si les genres peuvent avoir tendance à s’enfermer sur eux-mêmes, les franchises sont de vraies camisole de force. Alors qu’adopter un certain style de cinéma offre une variété de socles narratifs familiers et un ensemble de références esthétiques aussi précises et variées, la franchise n’a qu’un seul point de source, qu’un seul objectif : reproduire son succès initial. Quand JCDecaux nous abreuvait cet été d’affiches d’Equalizer 3 (Antoine Fuqua, 2023), on a senti l’arnaque. Le coup de l’acteur d’action bankable vieillissant qui prend 85% de l’affiche pour encore pointer son flingue vers le vide, on nous l’a déjà fait. Mais parce que c’était Denzel, parce que c’était nous, on a quand même attendu la VOD. La voilà qui tombe et ô surprise : c’est plutôt moyen ! L’occasion de revenir un peu sur cette franchise instantanément oubliable aux millions d’entrées, qui aurait pu, mais qui n’a pas.

Denzel Washington, songeur, est accroupi, dans une église (les bougies brillent en arrière-plan) un petit couteau entre les doigts ; scène du film Equalizer 3

Blood

Avis aux amateurs de bambins maléfiques assoiffés de sang : Blood, signé Brad Anderson, sort ce 19 Juillet directement en vod et vidéo ! Après les Esther (Jaume Collet-Serra, 2009), La Malédiction (Richard Donner, 1976) et autres Village des Damnés (John Carpenter, 1995), l’idée est encore une fois de nous montrer à quel point les enfants peuvent être terrorisants dès lors qu’il est l’heure de manger ! 


Cross The Line

Les thrillers espagnols ont le vent en poupe en ce moment. Que ce soit sur les plateformes de streaming ou en VOD, les distributeurs ne cessent d’étendre leurs offres espagnoles à coups de thrillers/films d’horreur, et il semblerait que leur chouchou désigné soit justement l’acteur principal de Cross The Line, Mario Casas. Tapez son nom sur Google ou sur Netflix et les suggestions pleuvent : The Invisible Guest (Oriol Paulo, 2016), El Bar (Alex de la Iglesia, 2017), Irrémédiable (Carles Torras, 2020), Chez Moi (David et Alex Pastor, 2020), etc. Autant dire que Wild Side a su flairer la coqueluche, et que l’acteur se montre particulièrement à la hauteur dans ce nouveau film.

Mario Casas a les yeux fermés, bercé par la musique de ses écouteurs blancs, mais son visage est tâché de marron, évoquant autant du chocolat que des excréments, plan du film Cross the line.

Clara enlace les épaules de Danny sur un fond de crépuscule et de forêt, scène du fim Bluebird.

Bluebird

Initialement prévu pour les salles obscures, le premier film du romancier et scénariste Jérémie Guez, intitulé Bluebird et battant pavillon chez The Jokers, s’offre une sortie directement en VOD. Idéal pour ne pas passer à côté de ce faux revenge movie mais vrai thriller.