slasher


Une maison sur une falaise ua borde de l'océan de nuit, de la lumière est allumée sur le perron et dans le salon, mais il semble n'y avoir personne, plan du film The Rental.

The Rental

Premier long-métrage réalisé par Dave Franco et produit par le studio Black Bear Pictures dont nous vous parlions dans le cadre de notre article consacré à Light of My Life (Casey Affleck, 2020), The Rental (2020) propose de réinvestir le genre quelque peu désœuvré du slasher.


Une patte de monstre sur la bouche d'une jeune femme blonde apeurée, scène du film Hell Night.

Hell Night

Quand on évoque les films d’horreur de la fin des années 70 au début des années 80, le mot slasher vient très vite à l’esprit. Dans cette avalanche de tueurs patibulaires, de morts sanglantes et d’adolescents courant dans tous les sens, Hell Night, (Tom DeSimone, 1981) se situe pile au milieu de la tempête. Et si ce film tout juste sorti en Blu-Ray chez Rimini était un cas d’école pour évoquer le slasher 80’s ?


Une victime du film Halloween III tente d'enlever le masque maléfique de citrouille qui la fait souffrir.

Halloween II & III

Ré-édités dans de beaux coffrets par les amis du Chat qui fume, les deux premières suites données au chef-d’œuvre de John Carpenter, Halloween, La nuit des masques (1978), sont, à bien des égards, des modèles du genre. Y revenir est pour nous l’occasion, pour une fois, de prouver qu’exploiter une franchise ne signifie pas forcément se compromettre dans la nullité la plus crasse. Etendre sans trahir Notre choix de chroniquer dans un seul et même […]


Le regard méfiant et illuminé d'Ernest Borgnine en amish dans La ferme de la terreur.

La Ferme de la Terreur 1

Elephant Films édite La Ferme de la Terreur (1981) soit l’un des films les plus méconnus de la première partie de carrière de Wes Craven. Amishtiville Si l’on a su ré-évaluer deux des premiers longs-métrages de Wes Craven – La Dernière Maison sur la Gauche (1972) et La Colline à des Yeux (1977) – au regard de sa dense filmographie, les mettre en perspectives, jusqu’à les élever au rang de films cultes, les projets qui […]


Le tueur de Maniac est un mannequin creepy (critique du film de William Lustig)

Maniac (1980) 2

Le Chat qui fume tape une nouvelle fois en plein dans le culte en offrant à Maniac (William Lustig, 1980) une édition à la hauteur de son statut. Psycho Killer ! Mais qu’est-ce-que c’est  ? Si son nom évoque peu de choses aux cinéphiles non-initiés, c’est que William Lustig n’a pas connu une carrière aussi prolifique que d’autres cinéastes américains « de genres »  de son époque. Venu à la réalisation par le cinéma pornographique […]


Le Bal de l’Horreur

Classique du slasher des années 1980, Le Bal de l’horreur (1980, Paul Lynch) ressort ce mois-ci aux Editions Rimini dans un Blu-ray de qualité. L’occasion pour nous de nous replonger dans ce film, véritable reflet de son époque. Dancinq Queen Les années 1980 représentent une période charnière dans le cinéma horrifique ; après les errements classiques de la Hammer qui étaient tombés en désuétude lors de la décennie précédente, de nouvelles figures émergent. Ainsi, les Dracula […]


Happy Birthday to Me

Slasher paranoïaque à la durée héroïque pour le genre (près de deux heures) Happy Birthday to me (Jack Lee Thompson,  1981) est pour la première fois en haute définition chez Rimini Editions. Critique d’une curiosité avec la nymphette bien connue de notre enfance pour avoir bêché avec Charles Ingalls, Melissa Sue Anderson. La petite schizo dans la prairie En visionnant Happy Birthday to Me, et particulièrement le bonus qui se trouve dans l’édition – j’y […]


Happy Birthdead 3

Film méta des plus attachants dans le genre, Happy Birthdead est envers et contre tout une surprise fort sympathique de fraîcheur et d’intelligence, malgré la mauvaise image avec laquelle on l’appréhendait. Le chat à neuf vies Bande-annonce pourrie (comme elles le sont de plus en plus), production Blumhouse plus synonyme hélas de gros machins horrifiques pas vraiment éclatants (mais pas que), high concept…J’ai été le premier à me dire en voyant les premières images de […]


Carnage

Sorti en vidéo chez Rimini Editions début décembre 2016, nous ne voudrions pas chez Fais Pas Genre que vous passiez à côté de Carnage (The Burning). Non, détrompez-vous, il ne s’agit en aucun cas du film de Polanski ou d’une autre adaptation de la pièce de Yasmina Reza mais d’une ressortie d’un slasher emblématique des années 80 dont étaient à l’initiative un certain duo de frères peu connus à l’époque : Bob et Harvey Weinstein. Holiday […]


The Greasy Strangler 1

Petit OFNI du Paris International Fantastic Film Festival désormais disponible sur Outbuster, The Greasy Strangler, produit par Elijah Wood, est une espèce de slasher gras (dans tous les sens du terme) et décalé qui a séduit votre serviteur, pourtant délicat…   Tel père tel fils La Troma, célèbre firme de la série B (pour ne pas dire moins) menée par Lloyd Kaufman a finalement encore de beaux jours devant elle. Non pas en tant que […]


Savage Weekend

Resorti chez Artus Film, il est temps de tronçonner en faisant pas genre le Savage Weekend de David Paulsen, slasher what the fuck qui rejoint de ce pas notre catégorie Cinébide. Halloween chez les Redneck Le cinéma d’exploitation – paix à son âme – aura laissé dans l’histoire du cinéma davantage d’affiche de films magnifiques que de films magnifiques. Ne vous laissez pas duper par celle, somptueuse, du Savage Weekend (David Paulsen, 1979) que resort […]


Sweet Home

A l’occasion de sa sortie en vidéo chez Wild Side, focus sur ce film que l’on annonce comme le nouveau film d’horreur espagnol à la mode. Cherche appartement ou maison… Depuis le succès mondial de [REC] (Paco Plaza & Jaume Balaguero, 2007) il y a déjà presque dix ans, le cinéma espagnol a considérablement relancé son industrie du cinéma de genre, devenant même l’une des forces vives d’un cinéma européen qui ne fais pas genre. […]


Scream 4 3

Le nouveau film de Wes Craven, sur lequel la critique est très mitigée, nous invite à réfléchir sur l’avenir du cinéma d’horreur… La nuit des longs couteaux Le cinéma horrifique américain est en crise, et c’est grave : Scream 4 nous le montre et le prouve par a+b (ou plutôt par b+z). Depuis près d’une cinquantaine d’années, très peu de films provenant du pays de l’oncle Sam peuvent se targuer d’avoir révolutionné le genre, au sens […]