carlotta films


La princesse Shirayuki lancée dans l'évocation de son amoureux, devant toute sa cour d'êtres fantastiques : fantômes de samouraïs, servantes pâles, dans le film L'étang du démon.

L’étang du démon

Si Alice au pays des merveilles avait rencontré Kenji Mizoguchi, ça donnerait certainement quelque chose comme L’étang du démon (Masahiro Shinoda, 1979) : critique d’une œuvre inédite et étonnante, projetée à L’Etrange Festival 2021 et qui s’apprête à retrouver les salles le 22 septembre grâce à Carlotta.


Cure

En ressortant Cure (Kiyoshi Kurosawa, 1997) en Blu-ray dans une nouvelle restauration, Carlotta Films remet sur le devant de la scène un polar poisseux, où la J-horror et le fantastique s’immiscent dans le Japon contemporain. En prolongeant, par le surnaturel, le film noir vers le thriller, Kiyoshi Kurosawa signe un film hautement sensoriel – volontairement hypnotique – où la folie dans laquelle basculent ses personnages est pensée comme un bug : une irruption fugace mais révélatrice de nos sombres bas-instincts.


Deux enfants, une jeune fille et son petit frère, regardent à travers une vieille fenêtre brisée, d'un air narquois, scène du film Les révoltés de l'an 2000.

Les Révoltés de l’An 2000

Dans la foulée de ses ressorties estivales de classiques, parmi lesquels Elephant Man(David Lynch, 1980) ou Crash (David Cronenberg, 1996) et en attendant l’Inversion Intégrale d’Irréversible (Gaspar Noé, 2020), Carlotta Films nous emmène en vacances à Almanzora, où est exhumé avec Les Révoltés de l’an 2000 (Narciso Ibáñez Serrador, 1976) une histoire cruelle, horrifique, et contestataire.


Plan rapproché-épaule sur Vanessa Paradis la mine renfrognée dans Noce Blanche de Jean-Claude Brisseau.

Jean-Claude Brisseau, ogre mystique 1

Décédé en mai 2019, Jean-Claude Brisseau a fait cette année l’objet de plusieurs ré-éditions de ses films en haute définition, en particulier chez Carlotta avec le beau travail effectué sur Un Jeu Brutal (1983), De Bruit et de Fureur (1988) et Noce Blanche (1989). L’opportunité est trop belle de plonger dans la carrière d’un cinéaste sulfureux et irrévérencieux, donc forcément un peu faispasgenresque. A l’ombre des jeunes filles en fleurs « Fait chier, pas envie […]


Hitchcock, les années Selznick

Carlotta Films poursuit sa collection Ultra Collector avec un coffret de quatre films fondateurs dans la carrière d’Alfred Hitchcock, ses premiers aux Etats-Unis avec le producteur David O. Selznick : Rebecca (1940), La Maison du Docteur Edwardes (1945), Les Enchaînés (1946), et Le Procès Paradine (1947). Le désir Alfred Hitchcock signe un juteux contrat en 1938 le liant au producteur indépendant américain David O. Selznick. Il part de sa Grande-Bretagne natale copieusement servi, s’installe en […]


Office

Carlotta Films distribue le dernier bébé de Johnnie To, sous forme d’une comédie musicale satire du business : Office…Fais Pas Genre vous livre sa critique en mi bémol majeur dièse (?). La crise en chantant Johnnie To pour la France et votre serviteur lui-même jusqu’à ce qu’il fouille un peu, c’est un des monsieurs polars hong-kongais. Surtout la trilogie Election et Breaking News, dont le plan-séquence d’ouverture a marqué les esprits et doit être montré […]


L’étrangleur de Rillington Place

Carlotta Films a décidé d’honorer en fin d’année 2016 Richard Fleischer, avec la sortie en DVD et Blu-Ray de trois de ses films, Terreur Aveugle (1971), Les flics ne dorment pas la nuit (1972), et l’âpre L’étrangleur de Rillington Place, dont Fais Pas Genre vous parle aujourd’hui. Peines capitales Longue est déjà la liste des artisans ou réalisateurs jugés trop longtemps comme de simples techniciens que la fameuse sacro-sainte-dictatoriale (en parallèle de cette idée je […]