lloyd kaufman


Tous les personnages de Shakespeare's shit storm en costume de soirée recouverts d'excréments, sur fond noir.

Shakespeare’s Sh*tstorm

Annoncé comme le dernier film de la carrière prolifique de son fou fieffé réalisateur, Shakespeare’s Sh*tstorm (2020) permet à Lloyd Kaufman de revisiter à nouveau l’une des pièces maîtresses de l’auteur britannique après son Tromeo et Juliet (1996). Ici c’est donc La Tempête qui se voit vitriolé par le trublion punk. Retour, dans le cadre de sa présentation en compétition à l’Etrange Festival, sur cette œuvre bien compliquée à aborder.


Les Gardiens de la Galaxie 8

Pari risqué de la part de Marvel mais néanmoins attendu que celui de faire une adaptation ciné des Gardiens de la Galaxie. Héros méconnus et choix de production osés, nos amis parviendront-ils à se faire une place dans un univers dominé par une autre équipe de super-héros ? Top Gunn Bien avant sa sortie, Les Gardiens de la Galaxie s’annonçait être un OVNI au sein de la maison Marvel : un film qui débarque en pleine phase […]


Tifany Shepis affolée sous la lumière rouge du film Shepis.

Tiffany Shepis, Scream Queen of the Dead

C’est l’une des dernières grandes scream queens, aux côtés de Debbie Rochon, à s’être fait un nom dans le cinéma d’horreur indépendant américain. Découverte à seize ans par Lloyd Kaufman, rien que ça, et après de nombreuses apparitions dans des clips pour Offspring, Run-DMC, ou encore les Destiny’s Child, la belle Tiffany Shepis a joué dans des dizaines de longs métrages plus ou moins farfelus. C’est avec franchise, lucidité et beaucoup d’humour qu’elle revient, pour […]


Ouvert 24/7

20 heures : arrivée au cinéma Grand Écran à Serémange-Erzange. Dehors, la température est plutôt supportable ; beaucoup de personnes discutent devant le cinéma, en profitent pour fumer une ou deux clopes avant de passer au guichet. Je vais à l’intérieur pour appeler Adrenalyn : il me dit qu’il arrive. On se retrouve une paire de minutes après, prêts à se présenter pour entrer dans la salle. Nous voilà finalement à l’intérieur. Et là, c’est le drame : la […]