Feature


Kitty, jeune adoelscente rousse, est en train de lire un livre à la couverture rouge dans le film Où est Anne Frank ?

Où est Anne Frank !

Où est Anne Frank ! était l’une de nos plus grosses attentes cannoises, et on s’apprêtait déjà à s’offusquer de la voir placée hors-compétition comme la plupart des films d’animation sélectionnés depuis toujours au Festival de Cannes. L’auteur de deux œuvres aussi belles que Valse avec Bachir et Le Congrès aurait mérité, en soi, une place dans la Compétition Officielle. Reste que, malheureusement, Ari Folman semble s’être un peu perdu dans cette adaptation du journal d’Anne Frank, autant dans la cérébralité de son dispositif que dans la naïveté de ses intentions. Retour donc sur l’une de nos plus grosses déceptions du Festival 2021…


Trois adolescents et leur père s'enlacent, les uns derrière les autres, sur une plage ; en fond, la mer ; scène du film Old.

Old

Comme nous le soulignions dans notre entretien avec Hugues Derolez, c’est avec une grande impatience que nous attendions un retour de M. Night Syamalan à une fiction totalement originale, après avoir revisité, de manière inattendue, les personnages d’Incassable (2000) avec les tant aimés Split (2017) et Glass (2019). Old est donc le nom de ce nouveau départ et, sans surprise, il en a déçu plus d’un. Disons-le d’emblée, il s’agit d’un Shyamalan mineur. Mais, un film mineur dans une telle filmographie n’est-il pas, malgré tout, un grand film ?


Gros plan sur le visage d'Amy Adams les cheveux mouillés, derrière un appareil photographique ; son regard n'est pas dirigé vers l'écran de contrôle de l'appareil mais vers l'horizon ; plan issu du film La Femme à la Fenêtre.

La Femme à la Fenêtre

Dès la scène d’ouverture, La Femme à la fenêtre joue la carte de l’honnêteté lors d’un panoramique dans une grande maison new-yorkaise qui laisse apercevoir une scène de Fenêtre sur cour (Alfred Hitchcock, 1954) sur l’écran de télévision. À l’époque, le protagoniste immobilisé en fauteuil roulant joué par James Stewart était convaincu d’avoir assisté à un meurtre dans l’appartement d’en face. Presque soixante-dix ans plus tard, Amy Adams joue ici le rôle d’Anna, une psychologue cloîtrée chez elle car agoraphobe, persuadée d’avoir vu sa voisine (Julianne Moore) se faire poignarder par son mari (Gary Oldman).


Un pied posé sur le meuble devant elle, Sylvia Krystel est assise dans une pièce qui ressemble à une loge, avec un grand miroir ; elle porte une simple robe légère dévoilant ses jambes ; plan du film Emmanuelle réalisé par Just Jaeckin.

Emmanuelle

Phénomène de société, film érotique dépassé, évocation bien sentie des affres de l’amour libre, mythe désuet ou au contraire légende méritée ? Emmanuelle (1974) de Just Jaeckin est un peu de tout ça : critique à l’occasion de la sortie d’un director’s cut remasterisé chez Studio Canal. Faites l’Amour pas la paire Même les icônes peuvent se faner vite. Comme l’évoque l’auteure Camille Emmanuelle dans l’entretien proposé en bonus, Emmanuelle (Just Jaeckin, 1974) est peut-être […]


Tsui Hark, cinéaste en mouvement 2/4

Deuxième partie de notre analyse de l’œuvre de Tsui Hark (Partie 1, Vague à l’Arme). Après des débuts nihilistes à la fin des années 1970, tant au niveau des longs-métrages que de son succès, Tsui Hark décide de passer à une période plus lumineuse. Peut-être que toutes ses pulsions mortifères ont été à jamais exorcisées dans sa Trilogie du Chaos… Partie II : Mainmise sur Hong-Kong Après les échecs au box-office rencontrés, Tsui Hark rejoint […]


Une silhouette rouge se reflète dans une rétine, plan du film Patrick.

Patrick

En ces temps de confinement, cloués malgré vous à vos canapés et/ou lits, il est de circonstance de vous parler de Patrick. Non ce n’est pas mon tonton, ni un célèbre chanteur français, mais le titre d’un film culte de la Ozploitation (exploitation australienne) sorti en 1978, qui mérite sa place dans votre planning de survie à l’ennui. Et justement, pour se faire, l’éditeur Rimini le gratifie d’un magnifique coffret. Bah alors, on attend pas […]


Les films qui font pas genre de 2019 selon…

Si la rédaction vous a déjà donné son avis sur les films qui ont marqué son année 2019 (voir ICI) et que les lecteurs sont invités à le donner sur notre page Facebook tout au long du mois de janvier, nous avons décidé de réitérer notre invitations à des cinéastes qui font pas genre dans le paysage du cinéma français, ainsi qu’à des acteurs culturels qui œuvrent pour défendre ce cinéma, afin de leur demander […]


Karin Viard dans Chanson Douce (critique du film)

Chanson Douce

Prix Goncourt en 2016, le roman de Leïla Slimani, inspiré d’un glacial fait divers américain, Chanson Douce se voit transposé du livre à l’écran par Lucie Borleteau avec un alléchant casting. Le thriller psychologique qui en a marqué plus d’un.e depuis sa sortie, n’a pas à rougir de son adaptation. Super Nanny Il y a une différence majeure entre le roman et le film, une différence qui préserve le ou la spectacteur.trice qui aurait, par […]


J’ai perdu mon corps 2

Après un couronnement à Cannes puis à Annecy, J’ai perdu mon corps (Jérémy Clapin, 2019) continue sa tournée des festivals en passant par le Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg, où il remporte à nouveau le prix du meilleur film de sa catégorie, ex-aequo avec Away (Gints Zilbalodis, 2019). Racontant l’épopée épique d’une main orpheline traversant vents et marées pour retrouver son propriétaire, le long-métrage” est un chef d’œuvre de cinéma par sa sincérité […]


Le Trio venu d’ailleurs – Partie 2

Après Chasseurs de Trolls (2016-2018), on découvrait, en décembre dernier, Le trio venu d’ailleurs, la nouvelle série créée par Guillermo Del Toro pour la plateforme Netflix et prenant place dans l’univers des « Contes d’Arcadia ». Avec cette deuxième et ultime partie, mise en ligne cet été, la sérié animée confirme sa qualité de divertissement pour les petits et grands : Guillermo Del Toro n’ayant pas son pareil pour parler de monstres … même extraterrestres. […]


Face à la nuit

Réalisé par le méconnu Wi-ding Ho, cinéaste taïwanais né en Malaisie, Face à la nuit est une œuvre implacable et crépusculaire, dans laquelle le spectateur plonge dans les abysses de Taipei, une ville où le soleil ne semble jamais se lever. Lorgnant à la fois sur la science-fiction, le film noir et le mélodrame, ce Face à la nuit est hybride et déroutant, inattendu et sans concession racontant trois nuits clés dans la vie d’un […]