Manuel Chiche


Le visage de Suliane Brahim caché derrière un voile transparent et un un peu opaque dans le film La Nuée.

Just Philippot, esprit de synthèse

Notre dossier déjà conséquent d’Etat des lieux des cinémas de genres français avait tendance à quelque peu tourner en rond autour des mêmes constats, des mêmes espoirs… et des mêmes désillusions. Mais de toute évidence, si 2020 sera une année à oublier, 2021 sera quant à elle mémorable. Car comme Virginie, le personnage principal de La Nuée (Just Phillipot, 2020), le genre à la française a augmenté les doses, fait fructifier son vivier, injecté du sang neuf, édifié ça et là de nouvelles serres. Les sauterelles se multiplient, elles déferlent, elles ont faim. Entretien avec un affamé et son film aussi majeur que prototype.


Eric Cherrière, d’ici et d’ailleurs 1

1215, royaume de France. Après avoir sauvé la vie de la jeune Laure, un mystérieux étranger est accueilli au sein d’un petit village où règne le cruel Seigneur Ocam. Celui-ci enlève alors la jeune fille pour exercer son “droit de cuissage”. L’Etranger et une poignée de villageois ont jusqu’à la tombée du jour pour la délivrer…Présenté à l’Étrange Festival à Paris et au Festival du Film Fantastique de Strasbourg, Ni Dieux Ni Maîtres (Éric Cherrière, […]