jason statham


Programmé / Programmable 1

Il est souvent jugé ingrat ou malvenu de classifier quiconque, ou quoi qu’est-ce dans des cases. Pourtant, souvent, s’amuser à ce petit jeu peut nous permettre de mettre en lumière quelques évidences. Il y a peu, aux détours d’un débat animé avec quelques amis, j’essayais de me débattre tant bien que mal avec un concept que je venais tout juste d’inventer. Et si la majorité des acteurs hollywoodiens pouvaient être classés en deux catégories ? Programmé / […]


Expendables 3 3

Après un deuxième épisode fort distrayant au casting dantesque, Stallone et sa bande reviennent aux affaires, avec dans leurs bagages quelques nouvelles recrues poids lourds, agrémentées de poids plumes. Papy Blues Si le premier épisode des Expendables (Sylvester Stallone, 2010) n’était en soi que la promesse d’une suite bien meilleure, Expendables 2 (Simon West, 2012) réussissait à transformer l’essai et la promesse en consécration. Avec ses nouvelles recrues de taille et de poids – Jean-Claude […]


Crazy Joe

Steven Knight, scénariste de Dirty Pretty Things et des Promesses de l’ombre, passe pour la première fois derrière la caméra pour un long métrage qu’il a lui-même scénarisé. Sorte de vigilante moderne, Crazy Joe se perd malheureusement dans les limbes de ce qu’il installe autour de l’intrigue et oublie l’essentiel : raconter une histoire. Joey, king of the streets, child of clay… Depuis quelques années, on assiste à un renouveau du cinéma d’action britannique, qui tend […]


Safe

Chaque année, on a droit à un double festival Jason Statham. Action musclée x2. Cette année, donc, les deux films de l’action hero britannique sont le très prometteur The Expendables 2 (qui sort dans quelques semaines) et Safe, chroniqué dans ces lignes, où Jason frappe, flingue, parle russe mais a quand même une once d’humanité. Code nems curry Luke Wright est un ancien policier de New York reconverti en boxeur de troisième zone, dont la […]


13 tzameti vs. 13 2

Jusqu’ici, les rares réalisateurs ayant remaké leurs propres films étaient des génies, des vrais. Du moins, s’ils ne l’étaient pas, les films qui ont eu droit à un remake relevaient du génie: Funny Games de Michael Haneke, The Grudge de Takashi Shimizu, et l’intouchable film d’Hitchcock, L’homme qui en savait trop. Bon, il est vrai qu’au vu de la situation actuelle, c’est plutôt Fenêtre sur Cour qui devrait être qualifié d’intouchable, mais j’ai décidé d’arrêter […]