found-footage


[Entretien] Timothée Hochet & Lucas Pastor, Voyage en Malaisie

Récompensé par le prix des lecteurs Mad Movies il y a deux ans au PIFFF, l’OVNI cinématographique Stéphane, réalisé par Timothée Hochet et Lucas Pastor, nous a surpris et impressionné lors de sa projection en novembre dernier au cinéma Le Méliès de Montreuil. Retour sur la conception de ce film fou en compagnie de ses deux créateurs issus du youtube game.

L'acteur Bastien Garcia Installe sa caméra tout sourire, à quelques mètres d'un binôme, homme et femme, de commerciaux qui semblent l'attendre ; scène du film Stéphane.

Late Night with the Devil

La salle du Max Linder était bien remplie samedi soir dernier au PIFFF pour découvrir Late Night with the Devil (Cameron et Colin Cairnes, 2023), un found footage horrifique présenté sous la forme d’un talk show des années 1970, déjà récompensé cette année par le public au Fantasia Film Festival de Montréal. Et pour cause, le troisième long-métrage des frères Cairnes est un film curieux et unique qui pourrait bien rafler la mise cette année.


The Outwaters

Les déserts sont des endroits dangereux. Si vous ne l’aviez pas déjà compris après les deux versions de La colline a des yeux – par Wes Craven en 1977 et par Alexandre Aja en 2006 – The Outwaters (Robbie Banfitch, 2022) pourra peut-être enfin vous en convaincre. À mi-chemin entre le found footage et l’horreur cosmique, cette proposition complètement démente, projetée lors l’édition 2023 du BIFFF et qui nous est proposée sur Shadowz en ce 30 octobre, dépeint un road trip entre ami.es qui tourne au cauchemar.

Une jeune femme hilare marche dans le désert portant une robe blanche ensanglantée dans le film The Outwaters.

Dans le film Deadware, un homme et une femme font une partie de Ouija sur un écran d'ordinateur.

Deadware

Après les téléviseurs qui font peur – Poltergeist (Tobe Hooper, 1982), Videodrome (David Cronenberg, 1983), Ring (Hideo Nakata, 1998), pour ne citer que ceux-là – le cinéma d’horreur est passé à l’ère numérique et tente désormais de nous faire frissonner avec des ordinateurs maudits. Dans le cas de Deadware (Isaac Rodriguez, 2021), que Shadowz nous propose de (re)découvrir, il s’agit d’un jeu en ligne hanté qui vient tourmenter deux pauvres jeunes personnes. Dommage qu’il ne parvienne pas à tourmenter les spectateur.trices…


Ruggero Deodato, manifeste anthropophage

Le Chat qui Fume ayant remis récemment à l’honneur les bisseries cannibales avec Cannibal Ferox (Umberto Lenzi, 1981), la rédaction s’est prise d’une volonté d’hommage à un certain réalisateur de série B, voyou à ses heures, mais capable de fulgurances. Là où pléthore de nécrologies ont voulu nous montrer l’envers de la filmographie de Ruggero Deodato, décédé le 29 décembre 2022, Fais Pas Genre opte pour mettre les pieds dans le plat en insistant au contraire sur la trilogie anthropophage qui l’a rendu célèbre. Car inventer un genre, ce n’est pas donné à tout le monde.

Un homme blanc, fusil au poing, se réjouit de la cabane d'indigène qui est en train de brûler ; plan du film de Ruggero Deodato Cannibal Holocaust.

Gros plan à ras du sol, dans un ton sépia rouge, sur deux pieds en chaussette qui avancent sur de la moquette ; plan issu du film Un petit garçon vu de dos est assis en tailleur au bout d'un couloir, baigné dans un noir et blanc qui vire vers le bleu ; plan du film Skinamarink.

Skinamarink (The House)

Projeté en avant-première en mars dernier dans le cadre du festival Offscreen à Bruxelles, ce premier long-métrage expérimental du jeune réalisateur canadien Kyle Edward Ball nous plonge tout droit dans les profondeurs sinistres d’un cauchemar d’enfant. Si vous avez peur du noir, passez définitivement votre chemin…