australie


Une jeune femme brune à la peau pâle, les yeux rougis par l'épuisement et le désespoir, nous regarde droit dans les yeux ; des éclaboussures de sang tâchent son visage ; plan issu du film The Nightingale.

The Nightingale

On avait fait la rencontre du cinéma de Jennifer Kent via un premier film saisissant, Mister Babadook (2014) un film d’horreur aussi brillant dans son approche des codes, que dans sa façon de les ré-inventer. Le nom de sa réalisatrice s’était alors ajouté à la liste des « cinéastes à suivre ». Pourtant, son deuxième film, The Nightingale (2018) auréolé d’un prix (et d’une polémique) à Venice n’aura pas trouvé les grâces des distributeurs français. Cette œuvre essentielle, rageuse, peut-être l’une des plus puissantes des dernières années, nous parvient donc seulement, trois ans après sa réalisation, en VOD et vidéo via Condor Entertainment. Faire le constat qu’une telle pièce de cinéma ait pu en être privé ne peut que laisser songeur.


Portrait d'un koala sur un bambou dans le film Long weekend.

Long Weekend

En bons archéologues d’un cinéma hors-norme, Le Chat Qui Fume nous gratifie d’une édition vidéo de Long Weekend de Colin Eggleston, ressorti en salles par Solaris Distribution en 2019. Un film-fleuron de l’ozploitation, longtemps invisible et relativement méconnu chez nous, dans lequel les forces de la Nature sont toutes griffes dehors.


Au coeur du désert, une maison sur la quelle est taggé en rouge la phrase Go home or burn in hell, scène du film Spirits of the Air, Gremlins of the Clouds.

Spirits of the Air, Gremlins of the Clouds

L’éditeur Le Chat qui Fume exhume le premier long-métrage de Alex Proyas, Spirits of the Air, Gremlins of the Clouds, cinéaste greco-australien qui, avec cet essai inaugural, proposait déjà toute la quintessence d’un cinéma à la mise en scène inspirée et incarnée. Un génie flamboyant qui se sera perdu et dévoyé par les affres du temps, de l’appât de l’argent, de coups du destin et surtout… D’un redoutable Hollywood. I believe I can fly La […]


Une silhouette rouge se reflète dans une rétine, plan du film Patrick.

Patrick

En ces temps de confinement, cloués malgré vous à vos canapés et/ou lits, il est de circonstance de vous parler de Patrick. Non ce n’est pas mon tonton, ni un célèbre chanteur français, mais le titre d’un film culte de la Ozploitation (exploitation australienne) sorti en 1978, qui mérite sa place dans votre planning de survie à l’ennui. Et justement, pour se faire, l’éditeur Rimini le gratifie d’un magnifique coffret. Bah alors, on attend pas […]


Linda personnage principal de Next of Kin (critique du film de 1982)

Next of Kin 1

Le Chat qui Fume continue son exploration du cinéma de genres australien avec l’un de ses plus emblématiques représentant, le très efficace Next of Kin (Tony Williams, 1982) édité en Blu-Ray. Le Manoir de Maman Le cinéma australien en tant que tel reste assez jeune, puisque c’est seulement en 1981 qu’un texte de loi va permettre la constitution d’une véritable industrie cinématographique australienne perenne, grâce à à la mise en place de crédits d’impôts conséquents. […]


Mister Babadook 1

Petit coup de génie de l’édition 2014 du festival de Gérardmer, le premier long métrage de Jennifer Kent a été la plus belle surprise du festival (au beau milieu d’une compétition plus qu’inégale), et se pose clairement comme la grande découverte fantastique de cette année. Breaking ba-bad Jennifer Kent, c’est une ex-actrice, surtout remarquée pour avoir tenu l’un des rôles principaux de la série Fréquence crime. En 2005, elle réalise un court métrage en noir […]