mary shelley


Lisa Frankenstein

Nouvelle variation sur l’œuvre séminale de Mary Shelley, Lisa Frankenstein (Zelda Williams, 2024) tente une touche d’originalité en transposant ses motifs dans l’imagerie rassurante et surexploitée des années 80. Une audace qui n’en est pas tout à fait une, et qui questionne surtout la sincérité de ses autrices.

Deux jeunes filles au visage factice et pâle sont assise en pyjama dans un lit, dans une chambre toute décorée de rose, avec des guirlandes notamment ; scène du film Lisa Frankenstein.

Un homme chauve et à la peau grise, squelettique, se tient debout, intrigué, dans un laboratoire, scène du film Depraved.

Depraved

Disponible depuis le 30 octobre en exclusivité chez notre partenaire Shadowz, Depraved (Larry Fessenden, 2019) transpose le mythe de Frankenstein à l’époque contemporaine, sans pour autant en être une énième adaptation ennuyeuse.


Le fils de Frankenstein

On continue sur la lancée Frankenstein avec un autre rejeton de la collection Cinema Monster Club née chez Elephant Films. Pas des moindres, puisqu’il s’agit de l’édition DVD du Fils de Frankenstein, troisième volet de la trilogie familiale du Monstre mythique. Histoires de famille Au risque de gonfler mon lectorat, s’il y a des classiques c’est qu’il y a une raison. Pensez-y, la prochaine fois que vous ferez les gros yeux en observant votre pote […]