claude mulot


Une femme est étranglée, allongée sur l'herbe, par un homme tout vêtu de noir, scène du film Le couteau sous la gorge.

Le couteau sous la gorge

Le Chat qui Fume nous a habitué ces dernières années à nous faire redécouvrir l’œuvre souvent méprisée et pourtant ambitieuse de Claude Mulot. Les ressorties de La Rose écorchée, Les Charnelles ou encore La Saignée prouvaient qu’il y avait autre chose à retenir de cette œuvre étrange et malheureusement dans l’ensemble inaboutie, que ses collaborations avec Max Pécas, ou sa carrière dans le X sous pseudonyme. C’est dans cette optique que l’éditeur nous gratifie d’une belle édition d’un de ces derniers films, Le Couteau sous la Gorge, qu’on avait pu déjà découvrir lors de la dernière édition de l’étrange Festival.


Un homme, voyeur, observe à travers les feuilles d'une plante dans le film Les charnelles.

Les charnelles

Après « La Saignée » et « La Rose Ecorchée », Le Chat qui Fume continue dans sa démarche de réhabilitation du cinéaste français Claude Mulot en éditant dans un somptueux coffret Blu-Ray/UHD un film simili-érotique titré « Les Charnelles », mais avant tout, un long-métrage considérablement plus faible que les deux autres.


La Saignée 1

A l’occasion de sa sortie dans un master restauré par les matous du Chat qui Fume, on vous parle d’un des meilleurs polars français, signé Claude Mulot, l’immanquable La Saignée (1971). Le Chat et le Mulot S’il reste souvent accroché et réduit à sa réputation de réalisateur de films érotiques – du fait que certains d’entre-eux aient passablement marqué les esprits tels que Sexyrella (1968) ou bien sûr le déjanté Le Sexe qui Parle (1975), […]