Paranormal Activity 2 1


Suite de Paranormal Activity – ce film de pas-trop horreur qui avait pourtant beaucoup fait parler de lui à sa sortie – réussit quelques tours de force. Car oui, avec un budget à peu près deux cent fois supérieur à celui du premier film, on imaginait que Paranormal Activity 2 bénéficierait de ce petit surplus d’argent pour être le premier bon film de la franchise, comme un reboot, plutôt qu’une suite. Que nenni. L’exploit effectué est que ce Paranormal Activity 2 est encore plus mauvais que son prédécesseur.

ParanormalActivity2Trailer-thumb-550x307-42084

Pas d’Insomnie mais le Sommeil

Le film est à la fois une suite et un prequel du premier volet, on y retrouve partiellement notre couple, Micah et sa donzelle possédée, et l’histoire se focalise ici sur la sœur de la fille du premier. On y apprend qu’elles ont vécu une expérience paranormale dans leur enfance, une séance de spiritisme qui aurait mal tournée, ce qui expliquerait que les démons ont une fâcheuse tendance à courir après leurs jolis culs. Cette fois, c’est une famille entière qui est terrorisée par un esprit malin, pas seulement un jeune couple. Le couple d’âge mur, leur jeune fille, mais aussi leur nourrisson, la nourrice espagnole et le berger allemand (mention spéciale au chien, qui est le seul acteur du film à ne pas surjouer), tous, sont attaqués par la force démoniaque qui se manifeste dans la maison.

Rien de nouveau sous le soleil. Rien de neuf. La réalisation est exactement dans le même style que le premier opus. Et avec ça, on continue de nous prendre pour des tâchons, en nous présentant d’entrée le film comme des vraies images, que les familles des supposées victimes auraient bien voulu laissée diffuser pour faire un film d’horreur hollywoodien à 2 millions de dollars. C’est cher payé. Cher payé pour un ramassis de plan de caméra de surveillance, souvent honteusement répétés sur un schéma précis : un plan de la piscine, un plan du salon, un plan de l’entrée, un plan de la cuisine, il se passe un truc dans la chambre du bébé. Super. Le réalisateur a beau avoir changé, le nouvel arrivant à décidé de ne pas manquer de respect au travail d’Oren Peli en utilisant exactement le même schéma narratif, ennuyant, décousu, qui m’avait déjà exaspéré dans le premier film. On assiste à un jonglage très vite épuisant entre des scènes de la vie quotidienne complètement inintéressantes, et des séquences numérotées, les fameuses vidéos de surveillance des nuits durant lesquels l’esprit s’est manifesté.

paranormal_activity_2_pic

Je ne sais pas s’il s’agit du même esprit que dans le premier, ou s’ils ont du faire un casting pour le choisir, mais une chose est sûr, l’un comme l’autre, ils sont sacrément pourri. On est loin des esprits démoniaques aux manières radicales et traumatisantes de films comme Poltergeist ou bien L’Exorciste. Ici, comme dans le premier opus, on applique la tactique du crescendo dans le suspense – un suspense qui tient essentiellement au fait que le spectateur attend de sursauter, et que ça n’arrive jamais – et on enchaîne alors les séquences de nuit, dans l’idée d’aller toujours plus vers des manifestations d’esprit. Il est là, selon moi, le problème majeur de cette franchise, c’est la forme. Emprisonnée par l’enrobage de « film amateur » qu’ils essaient de donner, les réalisateurs, oublient que le spectateur regarde là, normalement, un film d’épouvante. Et l’épouvante, elle ne vient pas assez vite. On se surprend à bailler, j’ai regardé ce film à 14h de l’après midi, après une partie de Wii revigorante, en pleine forme, et devant un spectacle si ennuyeux, mes yeux avaient tendance à se fermer, ma mâchoire s’est décrochée une dizaine de fois, à trop bailler. C’est tout de même incroyable devant un film dit « d’horreur » qui se vend comme son prédécesseur, comme un ’’document’’ terrifiant, qui provoque des insomnies… Je dirais plutôt qu’il provoque l’inverse !

En même temps, môssieur l’esprit démoniaque ne fait pas grand chose pour nous aider à ne pas dormir… Tout juste fait il tomber des casseroles du crochet auquel elles sont pendouillantes, ouvre-t’il les placards, ferme brutalement les portes, empêche-t’il bébé de dormir, bon, c’est vrai, à un moment il déglingue le berger allemand, mais, comme on ne le voit pas du tout… Y’a t’il eu erreur de casting ? Ou bien, le budget démultiplié par deux cent par rapport à celui du premier film, n’a t’il pas suffit pour faire revenir aux affaires de vrais performers comme Pazuzu ou Lamia ? Ces derniers pourraient au moins faire autre chose que sortir hors de l’eau le robot nettoyeur de la piscine ou mettre le feu à des poissons panés sur le gaz…. Enfin bref. Finalement, comme dans le précédent film, le sursaut n’arrive qu’à la dernière minute de film, nous faisant regretter qu’aucun réalisateur ne choisisse de réaliser un Paranormal Activity un poil plus violent… et qui ne mettrait pas 1h29 à démarrer !

paranormal-activity-2

Plus globalement, on peut réfléchir au fait qu’on assiste peut être à la mort logique d’un genre, d’un filon, le faux-documentaire d’images de films d’amateurs, démocratisé par The Blair Witch Project, puis utilisé jusqu’à la lie à Hollywood jusqu’en Europe, je pense par exemple à Rec, Cloverfield, ou bien encore Le Dernier Exorcisme. Si dans tous ces films, il y’en a eu des précurseurs, des bons, des efficaces, pas ennuyeux du tout, certains tournent en rond, n’apportent rien, ne réinventent rien, et avec cela, n’ont même pas de scénario digne de ce nom à leur disposition. Ce filon est devenus un robinet à merde, dont la saga Paranormal Activity en est une bien puante.

Joris Laquittant


A propos Joris Laquittant

Monteur en formation à la Fémis, quand il ne dessine pas sur Dé'Ciné (decine.fr), Joris aime écrire sur le cinéma d'un mauvais genre. Éleveur de Mogwai depuis qu'il a huit ans, il est aussi membre fondateur de "L'Association pour la réhabilitation de l'importance de Walt Disney dans l'histoire du cinéma". Sa voyante dit que son signe astral est David Cronenberg ascendant Joe Dante, et il suit un traitement d'acupuncture trois fois par semaine pour soigner son addictions mono-maniaque aux flare bleus.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Paranormal Activity 2