Doctor Strange (1978)


Alors que Marvel prépare un film consacré à Doctor Strange pour 2016 avec Benedict Cumberbatch dans le rôle-titre, le super-héros sorcier suprême avait déjà eu le droit à une première aventure filmée, pour la télévision, en 1978. Inédite jusqu’alors en France, le film refait surface à l’occasion de sa sortie en DVD chez nos amis de Elephant Films.

ave-to

What’s up Doctor ?

Avant de dominer l’industrie cinématographique sous la houlette des grands studios américains depuis le début des années 2000, puis avec Disney aujourd’hui, les super-héros de Marvel avaient surtout connu des adaptations à la télévision avec des séries telles que L’Araignée (Spiderman, 1967) ou L’Incroyable Hulk (The Incredible Hulk, 1977). C’est dans cette dynamique que sont réalisés les deux téléfilms consacrés à Captain America (1979), ainsi donc, que ce FullCosDoctor Strange (1978). Réalisé par l’illustre inconnu Philip DeGuere et interprété par Peter Hooten, sorte de sosie capillaire de Tom Selleck, surtout connu des amateurs de série B pour ses prestations dans Orca (1977) et Une poignée de salopards (The Inglorious Bastards, 1978) le film se veut comme une adaptation assez fidèle du comic book originel créé par Stan Lee et Steve Ditko. Prévu comme un préambule à une éventuelle nouvelle série télévisée, ce téléfilm avait donc pour objectif de présenter l’origin story du personnage.

L’histoire commence quand la méchante Morgan LeFay – référence évidente, vous l’aurez compris, à la Fée Morgane de la légende arthurienne –, une sorcière un brin mégalo se présentant comme la Reine des Ténèbres et la Reine des Ensorceleuses (rien que ça), souhaite détruire Thomas Lindmer, un vieux magicien ressemblant fortement à Georges Brassens ou Jean-Pierre Garcia – les amiénois comprendront – et qui est reconnu comme étant le plus grand ensorceleur du monde. Conscient qu’il ne pourra pas lutter, du fait de son vieil âge et de l’amoindrissement de son énergie mystique, Thomas Lindmer se met en quête avec son disciple Wong d’un héritier à qui transmettre ses pouvoirs. Il le trouve en la personne de Stephen Strange, un médecin psychiatre, qu’il va initier à la magie et l’occultisme. Comme souvent dans un Marvel, le méchant est lui-même commandité par un mec encore plus méchant et puissant, ici le démon Balzaroth.

On ne reprochera pas au film sa mise en scène très télévisuelle et l’évidente apparence fauchée de cette entreprise. Il apparaît dès les premières images que le film n’est pas un grand film de cinéma, et que son réalisateur n’est ni d’une grande habileté, ni d’un grand génie. Du casting à la musique au synthétiseur, des effets spéciaux un poil rudimentaires aux zooms avant sur des visages interloqués : tous ces éléments contribuent à faire de ce téléfilm un monument du kitsch. Pour beaucoup – et surtout à l’époque – plus que kitsch, le film était surtout profondément psychédélique. Il est vrai que certaines séquences telles que celle du voyage dit astral du personnage principal – durant laquelle, littéralement projeté dans une dimension Capture d’écran 2015-04-27 à 00.38.02parallèle par le sorcier Thomas Lindmer, il va découvrir pour la première fois les pouvoirs de l’occultisme – atteignent des pics visuels psychédéliques, volutes colorées, spirales, entre l’esthétique à la Saul Bass et une pochette d’album de Pink Floyd.

Cette édition vidéo proposée par Éléphant Films propose une copie restaurée mais pas parfaite, on ne leur en voudra pas : la copie mère ayant péri dans le terrible incendie survenu aux studios Universal en 2008, on imagine que le film survit grâce à la reproduction des différentes sources numérisées pour des éditions vidéos ou diffusions télévisées. De même, difficile de regretter l’absence de 5.1 pour un film de télévision. L’important là encore n’est donc pas de bénéficier d’une édition restaurée d’une qualité visuelle et sonore incomparable, le simple fait de pouvoir voir ce film en DVD étant déjà en soi une véritable bénédiction. Comme à chaque fois, Éléphant Films prend soin d’ajouter quelques éclaircissements sur le film et sa genèse, cette fois par le biais d’un petit bonus autour du personnage de Doctor Strange, par Xavier Fournier, spécialiste des super-héros Marvel et rédacteur en chef de Comic Box, seul magazine français intégralement consacré à l’univers des comics. En plus d’être une opportunité de se familiariser avec l’histoire et l’univers de ce super-héros Marvel avant son arrivée au cinéma l’année prochaine, cette édition DVD trouvera sa place dans les DVDthèques des amateurs de raretés.

Joris Laquittant


A propos de Joris Laquittant

Sorti diplômé du département Montage de la Fémis en 2017, Joris monte et réalise des films en parallèle de son activité de Rédacteur en Chef tyrannique sur Fais pas Genre (ou inversement). A noter aussi qu'il détient le record européen du plus jeune détenteur du diplôme d'éleveur de Mogwaï (il avait cinq ans et trois jours) et qu'il a été témoin du Rayon Bleu. Ses spécialités sont le cinéma de genre populaire des années 80/90 et tout spécialement la filmographie de Joe Dante, le cinéma de genre français et les films de monstres.

Laisser un commentaire