Dans le Noir 1


L’été 2016 a été marqué par la sortie de deux films d’épouvante, à savoir Conjuring 2 de James Wan, et le très attendu Dans le noir du suédois David F. Sandberg. Reprenant la peur ancestrale du noir pour créer une créature qui n’apparaît que dans les coins sombres, Lights Out de son titre original ne parvient pas à révolutionner le genre, malgré un concept très prometteur.

1

Ça va être tout noir !

Si les films d’épouvante/horreur à la limite du nanar pullulent et se sont multipliés pour envahir les salles sombres ces dernières années, rares sont ceux qui ont tenté d’allier cinéma de genre et créativité. Lights Out est à l’origine un court métrage réussi de David F. Sandberg (2013) présentant une créature effrayante se déplaçant seulement dans l’obscurité (mais qui à la fin du court se révèle à la lumière, grosse faille). Remarqué par plusieurs productions dont celle de James Wan, le suédois s’est vu proposer l’incroyable opportunité de réaliser son premier long-métrage en reprenant sa créature. Un cas à part dans le cinéma d’épouvante contemporain, qui a davantage vu se succéder sequels, prequels, remakes et reboots en tous genres. Quelques concepts inédits sont parvenus à se faire une jolie place sur le devant de la scène, Sinister (Scott Derrickson, 2012), Mama (également court métrage à l’origine, Andrés Muschietti, 2013) ou encore le fameux Mister Badabook (Jennifer Kent, 2014). Lights Out promettait d’en faire partie grâce à son concept tout con tout bon par un réalisateur dont les seuls travaux se résumaient en plusieurs courts métrages audacieux et originaux.

4Soyons honnêtes dès le début, Lights Out n’est pas un mauvais film. C’est un film moyen qui aurait tout simplement pu être excellent. Jouissant d’une mise en scène certes simple mais maîtrisée, le film joue sur le concept d’éclairage et d’obscurité pour livrer une ambiance ne tombant pas dans le cliché insupportable du film sombre, tellement sombre qu’on arrive à peine à distinguer quoi que ce soit sur l’écran. Au contraire, couleurs vives et lumières vives viennent égayer le film pour davantage créer une rupture lors des scènes d’attaque et de présence de la créature. Un véritable travail sur les lumières a été effectué, original et réussi, et ça fait beaucoup de bien aux yeux. De même que les apparitions de la créature, Diana, surprenantes et intelligentes, jouant avec toutes les sources lumineuses possibles (téléphone portable, phares de voiture, lumière noire, etc.). L’ambiance sonore est particulièrement réussie privilégiant le silence à un sound design trop lourd et envahissant – et ce même si ma séance a largement été gâchée par de petits merdeux qui se marraient toutes les deux secondes. Les grattements de Diana vous feront mille fois plus flipper que toutes ses apparitions réunies. Le casting est très bon, mené par la merveilleuse Teresa Palmer. Bref, Lights Out est très agréable à regarder, beau, bien filmé, chose plutôt rare pour les films d’épouvante actuels.

Le gros défaut du film réside avant tout dans son fil narratif et, malheureusement, dans la mythologie de sa créature. Rebecca, une jeune femme indépendante au caractère bien trempé, est appelée au secours par son petit frère qui subit les attaques depuis plusieurs jours (nuits) d’une créature apparaissant seulement dans le noir. Rebecca découvre l’existence de la mystérieuse Diana, avec qui sa mère semble avoir un lien très fort, aux limites de la folie. La révélation de Diana et de son histoire se fait de manière totalement ahurissante : Rebecca fouille dans le bureau de son ex-beau-père (tué en introduction de film par la créature) et y trouve un carton réunissant toutes les informations sur Diana, même une photo sympatoche d’elle accrochée au mur. Les films d’épouvante se développent le plus souvent en trois actes : le harcèlement, la découverte, et la confrontation finale. La phase de découverte est sautée pour laisser place à un flashback explicatif. En conséquent, les confrontations avec Diana ne sont pas aussi nombreuses qu’on le souhaiterait, les explications à son sujet manquent beaucoup pour véritablement donner un sens à son existence et ses actes. De même que le physique de ladite créature, révélée à la fin du film, manque terriblement d’originalité, tout comme sa voix d’ailleurs, basculant dans le vu et revu. Le film se clôt sur un dénouement très bof et prévisible, pour une bonne petite scène familiale post-traumatisme. Les personnages réussissent cependant à faire pencher la balance de l’ennui, en particulier avec l’héroïne Rebecca, forte et très attachante, et à son petit frère, du type petit garçon de film d’épouvante qu’on aime tellement et qui prend si cher….

3Lights Out se fait dégommer par un manque scénaristique conséquent, et une créature dont la mythologie est trop floue, trop tirée par les cheveux. Les quelques apparitions de Diana (très bien pensées et mises en scène) ne suffisent pas à sauver ce que j’aurais tellement souhaité être la pépite de l’année. Pas vraiment effrayant, ne nous laissant pas indifférent pour autant, la suite a déjà été annoncée, peut-être l’occasion pour David F. Sandberg de mettre le paquet sur un film plus fou, plus trash car avouons-le, Diana est un peu comme le noir lui-même : plus de peur que de mal (trois victime à déplorer, on a vu mieux). Lights Out surprend plus qu’il ne fait peur, la faute aux fameux jump scares, et nous laisse beaucoup trop sur notre faim. On préférera en rester à l’introduction, terrifiante et excellente, meilleure scène du film, ou tout simplement au court métrage de Mr. Sandberg, bien plus efficace. Je garde tout de même ma veilleuse licorne à portée de main le soir, on ne sait jamais, vu les saloperies qu’engendre le cinéma


A propos de Jade Vincent

Jeune sorcière attendant toujours sa lettre de Poudlard, Jade se contente pour le moment de la magie du cinéma. Fan absolue de Jurassic Park, Robin Williams et Sono Sion, elle espère pouvoir un jour apporter sa pierre à l'édifice du septième art en tant que scénariste. Les rumeurs prétendent qu'elle voue un culte non assumé aux found-footages, mais chut... Ses spécialités sont le cinéma japonais et asiatique en général.


Laisser un commentaire

Commentaire sur “Dans le Noir