Humeur

Coup de gueule, réponse, contribution à une polémique, ou réflexion autour d’une tendance, cette rubrique regroupe des articles aux humeurs aussi diversifiées que leurs sujets.


Adam Driver et son double 2

Peu de temps après la sortie de BlacKkKlansman de Spike Lee, on a assez de visibilité pour dessiner une constante dans la carrière d’un de ses acteurs. Rivé à un acolyte, à un aïeul ou à un frère, Adam Driver est mine de rien en train de nous construire une filmographie traversée par la notion du binôme, où l’autre est un miroir de soi. Je est un autre Le grand public peut parfois – qui […]


L’amour sous (Jesús) Franco

Longtemps connue et reconnue uniquement des initiés, la filmographie de Jesús Franco (dit Jess) a été redécouverte, comme beaucoup, à la fin de sa vie quand à l’été 2008 la Cinémathèque Française lui consacra (enfin) une immense rétrospective. En 2013, juste après sa mort, le cinéma si atypique de ce roi du bis européen connut une seconde jeunesse et visibilité. Aujourd’hui, deux éditeurs français, Le Chat qui Fume et Artus Films, redonnent une exposition conséquente […]


Y a-t-il vraiment une “Mexican Touch” à Hollywood ?

Après le couronnement de Guillermo Del Toro et de son film La Forme de l’eau (The Shape of Water, 2018) lors de la dernière cérémonie des oscars, tout porte à croire que le nouveau Alfonso Cuarón, Roma, produit par Netflix et qui a remporté le Lion d’Or à Venise le week-end dernier, pourrait lui succéder en février prochain. Au regard de la domination mexicaine évidente dans les grands prix du cinéma international, peut-on décemment considérer […]


Jean Claude Van Damme, L’insubmersible

Si on ne dit généralement pas qu’on va au cinéma voir « le nouveau Brad Pitt », il nous est en revanche plus naturel de parler du « nouveau Van Damme ». Cette renommée extraordinaire engendre un problème : quand le nom se ternit un peu, le film en pâtit. Et c’est peu dire que la popularité du nom JCVD est fluctuante.  En Août, le Belge retrouve les salles de cinéma pour Lukas (Julien Leclercq, 2018)  revenons sur la carrière de […]


Quoi ma gueule : Johnny et le cinéma de genre

TF1 Studio rend hommage à Johnny Hallyday en restaurant trois films qui font pas genre dans lesquels le bonhomme a trimballé sa belle gueule. On en profite pour parler de sa filmo de mauvais genre au sens large au travers d’une poignée d’œuvres marquantes. Souvent un seul regard suffit/Pour vous planter mieux qu’un couteau Ça y est. Il est mort notre « Joni ». Des années durant, nous avons tous redouté ce deuil. D’une part, les fans, […]


Quentin Dupieux, cinéaste du nulle part 3

Alors que son septième film intitulé Au Poste ! (2018) est aussi son premier tourné en France – et oui ! – cette relocalisation de Quentin Dupieux dans son pays natal est surtout l’occasion de questionner la notion de territoire dans son cinéma. Voyage en Absurdie Depuis le désert de NonFilm (2001) son étonnant premier long-métrage assez méconnu – bien qu’il soit en libre accès sur internet – le cinéma de Dupieux suit une tangente d’une cohérence […]


Corbucci, en long et en large 1

A l’occasion de la grande rétrospective qui lui est consacrée à la Cinémathèque Française du 9 au 29 Juillet, retour sur la carrière de l’un des grands maîtres – souvent injustement inconsidéré – du cinéma de genre Italien : Sergio Corbucci. En long et en large Cinéma de la plage, Cannes, 10 mai 2018. Un début de festival qui a déjà, dans l’exaltante obscurité de ses salles, craché des tubes des Rolling Stones, des Ronettes, de […]


John Huston, des rêves en cage 3

Avec Le Barbare et la Geisha et Dieu seul le sait, Rimini Editions sortent deux éditions Blu-Ray et DVD d’œuvres issues d’une filmographie protéiforme. Facilement résumé à quelques thèmes forts, le cinéma de John Huston est pourtant bâti sur un paradoxe complexe et subtil : s’enfermer et se libérer en même temps. Des carcans de la vie, du système hollywoodien, des genres cinématographiques. “A cage for our dreams” 1941-1987. Les années d’activité de John Huston en […]


Vers un cinéma de genre français post-13 Novembre ? 1

De La Nuit a dévoré le Monde (Dominique Rocher, 2018) au récent Dans la Brume (Daniel Roby, 2018), la renaissance du cinéma de genre français semble se nourrir d’une ré-appropriation du trauma des attentats de Paris. Et si ces deux films étaient les premiers d’une ère post-13 Novembre dans le cinéma français ? Paris, ville ténèbres Nul besoin d’être thésard pour comprendre que l’histoire du cinéma s’est en partie faite autour d’une nécessité à soigner, signifier, […]


Pourquoi The Disaster Artist n’est pas le nouveau Ed Wood

Annoncée comme la version moderne du Ed Wood de Tim Burton (1994) focus sur The Disaster Artist (James Franco, 2018) qui s’intéresse à l’une des figures phares du nanar moderne : Tommy Wiseau. Et la tendresse bordel ! Tout d’abord, je vais comme à mon habitude jouer la carte de la transparence la plus complète à votre égard. Non, je ne fais pas partie de ceux qui considèrent The Room (Tommy Wiseau, 2003) comme un film culte […]