La Pièce Maudite


Le célèbre détective Philip Marlowe né sous la plume de Raymond Chandler apporte tout son swag à retrouver une pièce rare qui vient d’être dérobée…Tourné par John Brahm en 1947, La Pièce Maudite est édité en DVD par Rimini Editions.

Sans un sou

Avec Dashiell Hammett, Raymond Chandler est un des auteurs qui ont façonné le genre du film noir. Le premier via les adaptations de ses romans, base de longs-métrages ayant établi les canons du genre comme Le Faucon Maltais (John Huston, 1941). Le second aussi bien par les films tirés de son travail romanesque – Le Grand Sommeil de Howard Hawks en 1942 ou le personnage de Philip Marlowe qui sera utilisé jusqu’au Privé de Robert Altman (1973) – que pour les scénarii offerts au septième art. Sous la plume de Chandler, on trouve quand même les scripts d‘Assurance sur la mort (Billy Wilder, 1944) et de L’inconnu du Nord-Express (Alfred Hitchcock, 1951) ainsi que ceux du beau film noir sentimental Le Dahlia Bleu (George Marshall, 1946), récemment réédité. Un auteur incontournable, un des pères littéraires et cinématographiques du genre donc. Rimini Editions nous propose dans ce cadre en DVD une adaptation d’un de ses romans ayant pour héros le détective privé Philip Marlowe, le Hercule Poirot de Chandler : La Pièce Maudite (1947).

Marlowe est engagé par une vieille riche pour retrouver une pièce de collection qui lui a été dérobée. Une vraie pièce de monnaie ancienne, qui vaut qu’on la chourre quoi. A priori une affaire plutôt routinière pour le détective, sans compter sur la jeune assistante de la vieille qui ne le laisse pas indifférent malgré le fait qu’elle soit sacrément bizarre…Comme il est naturel de le penser pour que le spectateur ait un intérêt, le vol de cette pièce engage la levée de plusieurs coins sombres, entremêlant pègre, mensonges, chantages et assassinats. Mystérieux jusqu’à ses ultimes minutes La Pièce Maudite ravit le fan d’intrigue à rebondissements. De fausses pistes en surprise, de faces patibulaires aux visages marqués par la suspicion, on suit Marlowe avec engouement grâce à un scénario divertissant et habile sur ce point. D’autant que le détective est assez drôle et suscite automatiquement la sympathie par une ironie bien sentie et of course une intelligence acérée…La mise en scène de John Brahm, cousine de son futur Hangover Square, accroche de son côté par son expressivité (le style de Brahm est vraiment à deux doigts de l’expressionnisme) et sa personnalité alors que bien des films noirs donnent le sentiment d’être juste mis en image par de simples artisans. Dommage que le long-métrage ne se borne qu’à la dimension policière, mettant de côté ce qui fait la richesse du style de Raymond Chandler : une étude psychologique puissante, une grande importance des sentiments et de l’âme des protagonistes, en somme toute une profondeur.

Pas de Blu-Ray pour ce long-métrage, mais un DVD proposé dans un digipack fort sympa, bien dans l’esprit du film noir avec la femme fatale qui braque son revolver droit vers l’acheteur potentiel. On ne peut que regretter l’absence de bonus, puisque la galette ne contient « qu’un » documentaire sur Raymond Chandler et donc rien sur le film à proprement parler, là où sur Hangover Square on avait eu beaucoup plus à se mettre sous la dent. Toutefois, l’éditeur est à remercier, puisque La Pièce Maudite était jusque là un inédit sur disque en France !


A propos de Alexandre Santos

En parallèle d'écrire des scénarios et des pièces de théâtre, Alexandre prend aussi la plume pour dire du mal (et du bien parfois) de ce que font les autres. Considérant "Cannibal Holocaust", Annie Girardot et Yasujiro Ozu comme trois des plus beaux cadeaux offerts par les Dieux du Cinéma, il a un certain mal à avoir des goûts cohérents mais suit pour ça un traitement à l'Institut Gérard Jugnot de Jouy-le-Moutiers.

Laisser un commentaire