Trollhunters – Saison 1 1


Après la diffusion sur Netflix, Universal nous propose un DVD de la série d’animation Trollhunters. Fruit de la collaboration entre génial Guillermo Del Toro et Dreamworks, Fais Pas Genre pénètre dans les bas-fonds d’Arcadia, à la rencontre des Trolls.

L’aventure, c’est l’aventure !

Alors que l’on attend de pied ferme le prochain film du réalisateur mexicain, The Shape of Water, le mois de décembre est l’occasion de rattraper la série TrollhuntersBasé sur le roman du même nom écrit par Del Toro et Daniel Kraus, on suit les aventures de Jimmy Dulac – Jimmy Lake dans la version originale – un adolescent de quinze ans en somme sans histoires qui, après avoir trouvé une amulette magique, devient le chasseur de Troll, un guerrier légendaire et puissant qui a pour mission de protéger les Trolls vivant en dessous de la ville d’Arcadia et les humains des Gumm-Gumms, nom donné aux Trolls maléfiques.

Mêlant de manière habile de nombreux folklores via son bestiaire – trolls, gnomes, nains, fées, golem et j’en passe – le réalisateur de Cronos (1993) et du Labyrinthe de Pan (2006) parvient une fois de plus à créer un univers fort et singulier au travers des 26 épisodes qui composent cette première saison. Récit épique pouvant rappeler la logique d’un conte avec une sensibilité proche de l’heroic fantasy, Trollhunters parvient aussi à jouer sur le tableau de quelque chose de plus terre à terre, à savoir l’adolescence et ses affres d’une façon cohérente et rythmée, même si quelques longueurs peuvent être observées. Si on se retrouve aux détours de quelques épisodes face à des récits qui s’écartent du fil conducteur et agissent de façon quasi-indépendante, Trollhunters parvient néanmoins à surprendre par sa mythologie se dévoilant au fur et à mesure des épisodes mais surtout par ses scènes de combats menées de main de maître, la dose d’humour dont la série fait preuve mais aussi de l’émotion qu’elle déploie via ses personnages très bien écrits et attachants.

Visuellement, l’animation de la série ne s’écarte pas trop d’une certaine esthétique « Dreamworks », tout en restant diablement attachante et parvient à nous accrocher sans problème. Mais le plus frappant est à quel point cette dernière s’inscrit dans l’univers de Del Toro. On y retrouve la palette colorimétrique entre cyan et couleurs orangées chères au réalisateur, le soin tout particulier apporté au design des créatures mais aussi quelques motifs comme la ville souterraine où vivent les Trolls, qui n’est pas sans rappeler… le Marché des Trolls de Hellboy II : Les Légions d’or maudites (2008) ou encore la ville des morts dans sa production La Légende de Manolo (Jorge R. Gutierrez, 2014). Un univers riche, haut en couleur regroupant tout ce que l’on aime dans ses créations.

Si c’est un bonheur de pouvoir regarder la série, l’édition DVD n’est pas très fournie. On peut déplorer l’absence d’un Blu-Ray qui aurait permis de profiter pleinement du spectacle, mais le plus décevant reste l’absence de « vrais » bonus. La featurette sur la création de la série ressemble plus à une vidéo/teaser à destination de YouTube qu’à un véritable module qui nous permettrait de prolonger l’expérience Trollhunters et d’en apprendre plus sur l’invention de cet univers et de tout ce qui gravite autour. 


A propos de Mathieu Pluquet

C'est après avoir découvert Le Voyage de Chihiro, Blade Runner et L'Exorciste que Mathieu se passionne pour le cinéma; depuis cette passion ne l'a pas quitté. Sinon il aime les comics, le café et est persuadé qu'un jour il volera dans le TARDIS et rencontrera le Docteur (et qu'il pourra lui piquer son tournevis sonique).


Laisser un commentaire

Commentaire sur “Trollhunters – Saison 1